Les 1000 Ecologies, c’est un mois de rencontres, de performances, de réflexions et d’exposition pour décliner la pensée et l’action écologique et écosophique de multiples manières.

 

Les 1000 écologies sont un projet d’Utopiana conçu par Anna Barseghian en collaboration avec Stefan Kristensen, Anna Iatsenko, Daniel Siemaszko, Alice Riva, Julie Robiolle, Ulla Taipale, Sophie Sandoz, Claire Silbercher et Markus Bringold.

Nous vous invitons à inaugurer ce moment avec les artistes et à découvrir le programme proliférant qui s’est mis en place pendant les deux dernières années.

Dans un élargissement spectaculaire du champ d’action de l’écologie, il existe désormais des écologies de l’esprit, de l’information, des sensations, de la perception, du pouvoir, de la participation, du social, du politique… 1000 écologies.

Cette prolifération n’est pas simplement une extension métaphorique de l’écologie naturelle, elle reflète surtout l’imbrication profonde d’éléments naturels et technologiques dans les environnements que nous habitons.

La principale approche des 1000 Ecologies passe par le motif de l’échafaudage.

L’échafaudage qui s’érige depuis l’espace du Commun se présente comme une « biosphère relationnelle » qui essaye de tisser des trames unissant entre les les sciences humaines et les arts, d’une part, et les sciences naturelles et techniques de l’autre.

 

L’année des 1000 Écologies

 

La créativité n’est pas l’exclusivité des humains, c’est le moyen que tous les vivants se donnent pour mieux sentir ce qui les entoure. Établir les différentes facettes de la créativité et échapper aux déterminations socioculturelles pour l’émergence d’autres conceptions et pratiques de l’art, en alliance avec les autres vivants.

Autrefois, l’écologie était liée à des notions de proximité et d’immédiateté, du familier, du bon, de la maison, etc., mais de nos jours elle rompt ses liens avec des dogmes d’authenticité. Dans un élargissement spectaculaire de son champ d’action, il est désormais reconnu qu’il existe des écologies de l’esprit, de l’information, des sensations, de la perception, du pouvoir, de la participation, du social, du politique… mille écologies.

Cette prolifération n’est pas simplement une extension métaphorique du potentiel de l’écologie naturelle, elle reflète plutôt l’imbrication profonde d’éléments naturels et technologiques dans la constitution des environnements contemporains que nous habitons. Cette écologie des écologies initie et exige la complexité et l’urgence du dé de la pensée écologique que nous ne pouvons pas éviter si nous voulons demander et même avoir une chance d’affecter les agencement des modes de vie, humains ou autres, qui participeront à l’avenir de cette planète.

La principale approche de cet évènement de 1000 Écologies passe par le motif de l’échafaudage.

Un échafaudage est une construction temporaire constituée de ponts, de passerelles ou de plates-formes. Il a pour vocation de permettre l’accès en tous points d’un bâtiment à édifier ou à réparer. L’échafaudage qui s’érige depuis l‘espace du Commun se présente comme une « biosphère relationnelle » qui essaye de tisser des trames unissant entre les « deux cultures », les sciences humaines et les arts, d’une part, et les sciences naturelles et techniques de l’autre. Plus largement parlant, les champs culturels et ceux qui traitent avec les phénomènes naturels.

Dans cette tentative de proposer des récits, des questionnements et des représentations autour de ces multiples écologies, l’échafaudage permet de bâtir des escaliers et des ascenseurs vers les espaces du possible. D’amener à franchir, pas à pas, les espaces entre le territoire de ce qui lui est familier et connu, son expérience, et le territoire de ce qui lui est possible de savoir ne serait plus une tâche inatteignable. Quand la construction est terminée, on peut retirer les échafaudages et retrouver notre liberté de mouvement.

Il s’agit de concevoir tout autrement l’idée même d’environnement pour qu’il comprenne l’ensemble des phénomènes qui font sens. « Les 1000 Ecologies » est pris dans sa capacité relationnelle pour ouvrir à des écologies de la pensée, de la subjectivité, du désir, du pouvoir, de l’affect et de la créativité.

Quelles sont ces écologies pratiques et politiques, ces relations multiples pour ouvrir le réel à des devenirs possibles ?

Les 1000 écologies ont lieu grâce à la mise à disposition de l’espace d’exposition

Le Commun, (BAC) par la Ville de Genève, avec le soutien du Fonds municipal d’art contemporain (Département de la culture et du sport de la Ville de Genève), le Service des pompes funèbres, cimetières et crématoire (Département de la cohésion sociale et de la solidarité de la Ville de Genève); Office de la Culture et du Sport de la République et Canton de Genève, la Loterie Romande, le Conseil des arts du Canada, Frame Finland, Pro Helvetia, la Commune de Presinge, Culture.unige.ch, ArtSchema, Melliferopolis, et la Chambre de l’économie sociale et solidaireAprès-GE.

 

Lieux:

Le Commun (BAC)
Rue des Bains 28
1205 Genève — Suisse
Horaires d’ouverture
du mardi au dimanche
de 11h à 18h
Entrée libre

Utopiana
Chemin Mestrezat 7A,
1202 Genève
Plus d’information sur

www.utopiana.art

utopiana@utopiana.ch

+41 79 824 93 13

Musée de l’Ariana
Avenue de la Paix, 10
1202 Genève

Spoutnik
Place des Volontaires, 4
2e étage
1204 Genève

Mos Espa
Route des Jeunes, 13
1227 Carouge

One Gee In Fog
Rue de Genève, 25
1225 Chêne-Bourg

www.onegeeinfog.com

Cimetière des Rois
Rue des Rois,
1204 Genève

 

https://www.utopiana.art/en

https://www.utopiana.art/files/2019/08/5234122.pdf

https://fondationcub.ch/vernissage-1000ecologies/

https://www.usine.ch/event/1000-ecologies-plein-air-de-guillaume-robert

https://www.tempslibre.ch/geneve/expositions/405332-1000ecologies

https://ladecadanse.darksite.ch/evenement.php?idE=185825&tri_agenda=dateAjout&courant=2019-09-24

https://www.facebook.com/events/le-commun/1000ecologies/373112173583919/