l espagnol rafael nadal celebre sa victoire a l us open le 10 septembre 2017 a new york 5942174Sans pitié pour Kevin Anderson (6-3 6-3 6-4), l'Espagnol conquiert son second titre du grand chelem de la saison, le seizième de sa carrière

Les finales de l'US Open 2017 n'auront pas brillé par leur suspense. Après le 6-3 6-0 infligé par l'Américaine Sloane Stephens à sa compatriote Madison Keys samedi chez les dames, Rafael Nadal s'est imposé nettement dimanche dans la finale homme en disposant du Sud-Africain Kevin Anderson 6-3 6-3 6-4. Anderson, 31 ans, disputait sa première finale de grand chelem. Une consécration pour lui, comme le montrait son émotion après la demi-finale déjà, contre l'Espagnol Pablo Carreño Busta. Rafael Nadal, lui, ne s'arrête jamais en chemin. La victoire finale est son unique obsession.

Etonnamment nerveux en début de rencontre, le numéro un mondial a tardé à prendre l'ascendant sur Anderson, qui n'a pourtant eu aucune balle de break du match. Fidèle à son habitude, Nadal a rapidement usé son adversaire. Gros serveur, Anderson ne réussissait plus que 36% de premières balles dans la deuxième manche. Privé de son atout maître, le Sud-Africain s'exposait aux retours, et même aux volées de Nadal.

C'est la troisième fois que Rafael Nadal remporte l'US Open, après 2010 et 2013. L'Espagnol n'avait plus gagné de tournoi sur dur depuis Doha en janvier 2014. Il compte désormais seize titres du grand chelem à son palmarès (dont dix Roland-Garros). Seul Roger Federer fait pour le moment mieux avec dix-neuf titres. Profitant des méformes d'Andy Murray et de Novak Djokovic, les deux hommes se sont partagés équitablement les trophées cette saison: l'Open d'Australie pour Federer, Roland-Garros pour Nadal, Wimbledon pour Federer, l'US Open pour Nadal. C'est toutefois l'Espagnol qui fait la course en tête, avec 1860 points d'avance sur le Bâlois à la Race et 1960 points d'avance au classement technique de l'ATP.

De loin le meilleur

Après une première semaine moyenne, le Majorquin a brutalement élevé le niveau de son jeu. En quart de finale face au Russe Andrei Rublev, en demi-finale face à l'Argentin Juan Martin del Potro comme en finale face à Anderson, il était bien trop fort pour ses adversaires.
Certes, Nadal triomphe sans avoir eu à battre un seul joueur classé dans le top 20 sur sa route. Son adversaire le plus dangereux, Juan Martin del Potro, n'avait plus de force après sa victoire en quart de finale sur Roger Federer. L'impression finale de cet US Open 2017 reste cependant qu'il était assez nettement le plus fort.

 https://www.letemps.ch