L’impact des attentats à Bruxelles fut brutal. L’impression d’impuissance, de que, n’importe où, n’importe quand, peut s’ouvrir une porte vers l’horreur, envahit le continent européen.

Ce que l’on peut observer c’est que les attentats se succèdent dans des pays avec une forte concentration musulmane : France, Belgique, Angleterre. Des pays où la communauté musulmane est marginalisée et stigmatisée par son manque d’intégration pour des raisons socio-économiques et culturelles. Où un Lumpen islamiste, concentré dans les quartiers pauvres et périphériques, vient rongeant, depuis années, ses frustrations et haines contre une société qui les maintient à la marge et qui trouve dans cette saga de daesh, un sens à son existence, non plus dans le crime commun, dans le trafic de drogues, dans la marginalisation, mais dans une revanche contre la société, sanglante et lâche, au nom d’une religion qu’eux-mêmes connaissent mal.

La majorité des individus identifiés comme responsables des attentats à Paris et à Bruxelles, sont des petits criminels, qui dans d’autres circonstances passeraient totalement inaperçus au fond d’une cellule, condamnés pour des crimes de droit commun. Des criminels qui utilisent la religion pour justifier des actions contre une population sans défense, qui exhibent leur cruauté et inhumanité comme un attribut du bon musulman qui doit éliminer les mécréants, les “croisés”.

Ils tuent sans discrimination des musulmans, des laïques, des chrétiens. Celui qui est dans le périmètre, meurt.

Dans le communiqué de daesh, ils justifient le meurtre de tant de gens innocents en accusant les Belges de maltraiter les musulmans et de participer à la guerre en Syrie, quand les vrais meurtriers des musulmans se sont eux, avec des milliers et des milliers de croyants assassinés au Pakistan, Afghanistan, Irak, Syrie. Même l’Arabie Saoudite, un pays fondamentaliste, subit les attaques de daesh.

Ainsi au Moyen-Orient les victimes principales de cette horde des fous sont les chiites, sunnites  “modérés », adeptes du soufisme et toute version qui n’est pas le fondamentalisme. Massacrés au nom d’Allah, quand la majorité des assassins connait mal le Coran, qu’ils (elles) ont à peine lu, et qu’ils (elles) ont une connaissance minimale et superficielle de la religion qu’ils (elles) disent défendre.

Les erreurs à l’égard de daesh

C’est une erreur de nommer des criminels de droit commun comme des soldats, et encore moins des soldats de Dieu.

C’est une erreur la presse occidentale de donner tellement de couverture sur les attentats, c’est justement ce qu’ils veulent ; une propagande gratuite sur tous les canaux de TV et en permanence, créer la panique, détruire les bases de la société occidentale à travers de la peur.

C’est une erreur d’écrire, comme l’a fait le journal Le Temps de Genève, que nous perdons la guerre. Parce qu’ici il n’y a pas d’armées de terroristes qui envahissent l’Europe, comme c’était le cas dans la deuxième guerre mondiale. Ils sont quelques criminels, capables par leurs actions, de provoquer la terreur et l’anxiété en face de la cécité assassine, mais si nous comptons les membres du commando entre Paris et Bruxelles, on pourra constater qu’ils ne sont pas plus que dix à quinze individus. Et cela ne fait pas une armée.

En Syrie et en l’Irak, daesh n’a pas une véritable armée ; n’a pas d’aviation et d’armement sophistiqués. Ce qu’ils ont c’est la folie du fanatisme qu’ il faut le reconnaître, est une arme redoutable. Mais comme les pays libres ont réussi à battre le nazisme, qui possédait infiniment plus de pouvoir que cette bande de sauvages, je ne vois pas comme on ne pourrait pas battre daesh, qui, comparé, est un élément pauvre et insignifiant.

Si daesh n’a pas encore été battu ce n’est pas grâce à sa force, au contraire, c’est grâce à la division dogmatique et sectaire des pays occidentaux, et des propres pays musulmans qui, tandis qu’ils se disputent entre eux, daesh continue de massacrer.

Les Maras du Moyen orient.

Ibrahim et Khalid, les kamikazes de l’aéroport de Bruxelles, pourraient venir du Salvador, du Nicaragua, de Guatemala, de ces pays paralysés par l’action des Maras, les bandes criminelles de narcotrafiquants qui ont pour seule différence le fait que le Dieu unique pour les Maras est l’argent du trafic de stupéfiants. Mais la cruauté, l’inhumanité, la barbarie sont identiques. Il est tout aussi facile de convaincre des jeunes misérables qui vivent dans des pays que ne leur offrent aucune perspective d’avenir à donner ses vies en échange de l’illusion de pouvoir qui donne l’argent et la peur, qu’aux jeunes délinquants de la banlieue des grandes villes européens, de vivre une expérience où ils seront les forts et dominateurs et qui s’ils viennent à mourir, auront 70 vierges de récompense.

Les deux premiers kamikazes avaient été déjà condamnés pour braquage et trafic de drogues. C’est cela la moralité que les fous de l’Islam veulent imposer au monde ? C’est cela la « spiritualité » de la Charia ? Des meurtres, des viols et violences envers les femmes et les petites filles, l’esclavage, les massacres et les tortures ? Est-elle celle-là la voie de l’Islam? Ne dit-on pas dans l’Islam que tuer un homme est comme tuer toute l’humanité ? Alors, daesh a déjà tué plusieurs humanités. Et c’est pour cela que je peux affirmer qu’ils ont gagné leur place dans l’enfer monothéiste. Parce que je doute que puisse exister un Dieu, entre tous ceux qu’a inventé l’humanité qui soit capable de récompenser des crimes si indécents.

Nous constatons l’âge des adolescents que quittent leurs familles en Europe, principalement des jeunes filles, pour vivre une chimère  en Syrie. Qu’est-ce que peut savoir une jeune fille de 15 ans sur l’Islam ? Elle sait seulement ce que raconte une voix à travers de l’Internet que lui promet le paradis sur terre. Un paradis qu’elle découvre, après, être plein de sang, de souffrance et d’horreur. Et en ce moment, il est trop tard pour revenir en arrière.

La unique possibilité d’en finir avec daesh est en décapitant le monstre. C’est en finissant avec le pouvoir centralisé dans Mossoul et Raqqa. La immense majorité des membres de daesh sont des délinquants incapables de continuer, si les hommes qui les envoient massacrer et se suicider au nom de Allah disparaissent. Si les leaders de cette bande de brigands sont éliminés, ça va être la débandade et l’humiliation ultime, et à cause de cela qu’il faut se préparer à des situations apocalyptiques dans un futur proche.

Des responsabilités

Comment Daesh surgit-il et pourquoi ? La cupidité, la stupidité et le cynisme de certain George W. Bush et d’un groupe qui se considérait tout puissant, qui a détruit un pays pour s’accaparé de ses richesses et de la manne de la reconstruction, mais, que au contraire du prévu, ils ont seulement récolté de la destruction, de la misère et une nation détruite. Tout cela est lamentable pour les affaires.

Les grands investisseurs sont indifférents envers les milliers de morts, ils sont préoccupés par les fluctuations de la Bourse. Ils attendent à l’affût, comme des vautours, la fin de la guerre pour se précipiter, assoiffés d’argent, sur le cadavre d’une nation épuisée pour voir ce qu’ils peuvent encore extraire.

Est en repensant le modèle de société implanté par un libéralisme féroce, qui pense seulement à l’argent accumulé, que peuvent être trouvées des réponses à l’actuel chaos. Des dirigeants qui s’accaparent le pouvoir et se déclarent les pères de la patrie en gouvernant contre ses propres peuples, convaincus de qu’ils sont les maîtres de la vérité absolue.

Les daesh, les Maras, les Farc, l’intifada des couteaux, etc. Tout cela n’est plus que les conséquences d’une société injuste, où le pouvoir économique et politique se concentre dans peu de mains en créant des ghettos et des poches de pauvreté potentiellement explosifs, des gouvernements et des personnes préoccupés exclusivement de ses propres privilèges, indifférents envers le fait qu’ ils (elles) ont contribué à créer un monde où prédomine la pauvreté, la douleur et la souffrance tandis qu’ils jouissent d’un niveau de vie indécent.

Les religions, que promeuvent les fondamentalismes en créant de vraies fabriques de fanatiques aveuglés par des discours enflammés, les religions qui protègent ses privilèges malgré le dommage qu’elles causent, soit la violence extrême, la haine de l’autre, de la pédophilie et abus de toute espèce, promus au nom d’un Dieu hypothétique que, jusqu’à présent, personne n’a réussi à prouver l’existence.

Nous devons développer une société juste basée sur le respect, l’égalité et l’équilibre social. Tant que des personnes continuent d’exister marginalisées, des différences des salaires abyssaux, un accaparement des richesses aux mains de certains, de ségrégations à cause de l’origine ou la couleur de la peau, tant que les terroristes des marchés financiers continuent d’être impunis, continuent d’avoir la liberté de détruire les économies de la planète, continueront de surgir d’autres daesh et d’autres bandes criminelles formées par les exclus du monde.

Que les pays qui conservent encore des tendances impérialistes pensent bien aux monstres qu’ils conçoivent, parce qu’après, les morts sont comptés par millions.

Eduardo Nieves

Traduit de l’espagnol pour Alfonso Vásquez Unternahrer