Chantier de rénovation du Bois de la Bâtie

Chantier de rénovation du Bois de la Bâtie

Plus grande forêt en Ville de Genève, le Bois de la Bâtie propose de nombreux aménagements pour la détente et le sport et jouit d’une situation exceptionnelle. Alors que le pied de la colline baigne dans les eaux de l’Arve, puis celles du Rhône à leur jonction, le sommet de la butte domine de 20 mètres celui de la Vieille-Ville et offre un point de vue unique sur la ville et le bassin genevois.

Réouverture du Bois de la Bâtie

Le site, ses cheminements, la place de jeux et la pataugeoire ont fait l’objet d’une vaste rénovation entre 2020 et 2021. Le Bois de la Bâtie dispose désormais de la plus grande place de jeux de la Ville de Genève, d’une nouvelle buvette, de bâtiments destinés à l’éducation à la nature etde trois belvédères.

Des bancs panoramiques et des tables de pique-nique sont aussi installés pour permettre à chacune et chacun de profiter du lieu. Les derniers travaux relatifs à la rénovation du chemin de la Bâtie et à celle des chemins des falaises du quai des Péniches seront achevés d’ici la fin de l’année.

Il accueille désormais la plus grande place de jeu de la commune et une nouvelle pataugeoire. L’éclairage a été revu et est plus économe. Il préserve la faune locale en éclairant exclusivement les chemins et s’abaisse automatiquement à 20h00. Une buvette et de nombreux aménagements viennent compléter les transformations. Si le parc semble idéal pour les loisirs, l’objectif des travaux était de trouver un équilibre entre lieu de nature et lieu de loisir comme l’explique Frédérique Perler, maire de Genève.

Histoire et aménagement

Le Bois de la Bâtie est l’un des parcs historiques de Genève. L’origine de son nom remonte au fort Bastie-Mellié construit au Moyen-Âge et tombé en ruine au XVIe siècle. Il semble que depuis cette époque, le bois ait été considéré comme un espace public. Cette colline boisée, si proche de la ville qui est alors encore enserrée dans ses murs, est déjà appréciée pour son ambiance pittoresque , ses sentiers escarpés et sa forêt naturelle de chênes qui respirent la liberté .

Avec la deuxième moitié du XIXe siècle, Genève détruit ses fortifications séculaires et s’ouvre au monde extérieur. C’est le temps de l’industrialisation et du romantisme. L’ingénieur Théodore Turettini, maître d’œuvre de la toute nouvelle usine des Forces motrices, achète en 1868, avec son frère Auguste, les différentes parcelles qui composent alors le Bois de la Bâtie. Ils l’offrent un an plus tard à la Ville de Genève avec une seule condition : «maintenir et conserver cette propriété publique à l’égard des habitants de Genève». Cette généreuse donation marque les esprits de l’époque. Elle est la première d’une telle importance et inaugure une tradition qui dotera la ville, alors en pleine expansion, de nombreux autres parcs.

Les premiers aménagements du Bois-de-la-Bâtie sont financés grâce à une autre donation: l’héritage du duc de Brunswick. Dans les années 1870, des sentiers sont tracés , un grand étang est creusé autour duquel un parc public s’installe, avec une île en son centre . Agrandi et modifié à travers le temps, le site accueille un parc animalier depuis 1982. L’ensemble du Bois de la Bâtie s’étend aujourd’hui sur plus de 20 hectares.

Gestion écologique

Le Bois-de-la-Bâtie est une forêt urbaine unique à Genève de par sa taille et son rôle social. Précieuse, elle accueille, outre les activités humaines, une faune et une flore variée. Le Service des espace verts entretient le site par une gestion forestière valorisant notamment la régénération naturelle du chêne.

https://www.geneve.ch/fr/bois-batie

https://www.geneve.ch/fr/actualites/chantier-renovation-bois-batie

A propos de l'auteur

Facebook