Colombie: Un homme politique condamné pour complicité avec les paramilitaires

Colombie: Un homme politique condamné pour complicité avec les paramilitaires

L’ancien président du Sénat colombien Luis Afredo Ramos vient d’être condamné à huit ans de prison pour ses relations avec des groupes paramilitaires d’extrême droite

Un ex-gouverneur et ancien président du Sénat, figure de la droite colombienne, a été condamné à près de huit années de prison pour complicité avec les groupes paramilitaires d’extrême droite, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Luis Afredo Ramos a été reconnu «responsable du crime d’association de malfaiteurs dans le but de promouvoir des groupes armés illégaux» par la Cour suprême de justice (CSJ), qui enquêtait depuis 2013 sur cette affaire, indique un communiqué de cette institution.

Selon la CSJ, qui l’a condamné à sept ans et onze mois de prison, M. Ramos a fait alliance entre 2001 et 2007 avec des dirigeants paramilitaires de haut rang «afin de recevoir un soutien financier et des votes, dans le cadre de ses campagnes pour le Sénat et le poste de gouverneur du département d’Antioquia (nord-ouest).

Ancien maire de Medellin

Luis Alfredo Ramos, 73 ans, a été gouverneur d’Antioquia entre 2008 et 2011, après avoir dirigé le Sénat de 2002 à 2003 et été maire de la ville de Medellin (capitale d’Antioquia). Il est une personnalité clé de la droite et réputé proche de l’ex-président Alvaro Uribe (2002-2010). La CSJ a indiqué avoir établi des preuves qu’en poste il avait aidé, en échange d’argent, «à alléger la pression policière sur le groupe paramilitaire Metro Bloc, qui opérait à Medellin».

Il a également reçu de l’argent et eu des contacts directs avec les frères Vicente et Carlos Castano, fondateurs des Autodéfenses unies de Colombie (AUC) et certains des chefs paramilitaires les plus redoutés dont les hommes ont ensanglanté le pays. Sur Twitter, l’ex-gouverneur a clamé son innocence et affirmé qu’il était «victime de faux témoins», annonçant qu’il ferait appel. «Ma carrière publique et ma vie professionnelle de 40 ans au service du pays ne seront pas souillées par cette décision arbitraire», a-t-il écrit.

Des liens avec les grands propriétaires terrains

L’ancien parlementaire s’était rendu aux autorités en 2013 après un mandat d’arrêt ordonné par la CSJ, mais il avait été libéré en 2016.

Apparus au milieu des années 1990 pour combattre les guérillas d’extrême gauche, les groupes paramilitaires se sont rendus coupables de nombreux crimes, massacres et exactions. Leurs liens avec la droite colombienne et les grands propriétaires terriens suscitent toujours spéculations et polémique. Avec l’accord de paix de 2016, beaucoup se sont reconvertis dans le trafic de drogue, qu’ils disputent aux autres groupes armés sévissant dans les régions isolées du pays. Des dizaines d’hommes politiques colombiens, pour la plupart d’anciens parlementaires, ont été condamnées dans les années 2010 pour leurs liens avec les paramilitaires.

La plupart des paramilitaires ont été démobilisés entre 2003 et 2006 dans le cadre d’un processus de paix promu par l’ex-président Uribe. Leurs principaux dirigeants purgent des peines aux Etats-Unis pour trafic de drogue à destination de ce pays.

AFP

A propos de l'auteur

Facebook