Sélectionner une page

Dans le canton de Vaud en Suisse romande, coule la Venoge au milieu

Dans le canton de Vaud en Suisse romande, coule la Venoge au milieu

Le début du printemps annonce la saison des randonnées. Pour se mettre en jambes, une marche jusqu’à la Tine de Conflens (VD) est toujours une bonne idée.

La Venoge, rivière immortalisée en 1954 par le célèbre poète vaudois Jean Villars-Gilles, prend sa source dans le haut du village de L’Isle. Les deux sources les plus importantes sont Le Chauderon et Le Puits, nous pouvons en compter six au total.

Encore peu connue il y a quelques années, la Tine de Conflens, située entre Ferreyres et La Sarraz, connaît désormais un succès grandissant. Pourtant bien caché des regards, ce lieu digne d’un conte de fées, avec ses cascades et ses rochers recouverts d’un doux tapis vert de mousse, attire de nombreux visiteurs. En été, quel bonheur d’y trouver un peu de fraîcheur lors d’une marche dans les environs.

Particularités

«Tine» signifie «tonneau» et «Conflens», «confluent». C’est ici que se rejoignent en effet deux rivières si chères aux Vaudois: la Venoge et le Veyron. Les eaux de ces dernières ont sculpté des gorges en canyon dans la roche calcaire de la Tine de Conflens. Un chemin balisé permet d’accéder au fond des gorges.

La chute de la Venoge

La chute de la Venoge est un endroit vraiment très sympathique. Basée au pied du Jura, elle est créée grâce à un ancien barrage anti débordement du puit de la Venoge, qui est d’ailleursson lieux de naissance. Le vieux barrage de pierre est recouvert toute l’année d’une magnifique mousse verte donnant à cet endroit une atmosphère magique incroyable. Pour que la chute de la Venoge soit visible, il est impératif qu’il pleuve plusieurs jours de suite sur la région, car la source et le puit doivent se remplir et déborder. Mais l’endroit est aussi très beau sans eau.

Géographie

La Venoge prend sa source sur le territoire de la commune de L’Isle à l’ouest du village à une altitude de 762 m. De là elle s’écoule jusqu’au lac Léman en sillonnant le canton de Vaud. Son premier affluent est la Chergeaule qui la rejoint dans le village de l’Isle. De là, elle continue sur la commune de Cuarnens puis elle est rejointe par la Morvaz à la triple frontière entre les communes de Cuarnens, Moiry et Chevilly. Elle marque d’ailleurs la limite entre ces deux dernières communes avant que Ferreyres ne vienne remplacer Moiry. Depuis cette même commune arrive la Voualève qui la rejoint avant que le Veyron ne la rejoigne au point de triple limite entre les communes de Ferreyres, Chevilly et La Sarraz qui se nomme la Tine de Conflens.

De là, la rivière suit un vallon escarpé, ce qui fit dire au poète Jean Villard-Gilles qu’elle offre « à ses badauds des visions de Colorado »2. Après avoir franchi la station d’épuration de la Sarraz, la rivière se partage en deux. Au nord, elle suit son ancien tracé naturel qui coule dans le village d’Éclépens avant de rejoindre le conduit canalisé qu’elle prend sur son tracé sud. Elle entre alors sur la commune de Lussery-Villars où le Criau la rejoint par un canal souterrain puis la Molomba3 la rejoint à l’air libre.

Au sud de Lussery-Villars, la rivière passe dans les marais des Bois de Vaux avant de faire office de limite entre les communes de Cossonay et Penthalaz. Elle se divise alors à nouveau en deux. La partie ouest suit l’ancien tracé sur la commune de Gollion et le nouveau tracé, au débit plus important coule sur la commune de Penthaz. La rivière joue ici, aussi le rôle de frontière entre le district du Gros-de-Vaud et celui de Morges. La rivière se reforme en une seule branche puis fait la limite entre les communes de Gollion et Vufflens-la-Ville.

Commune sur laquelle elle est rejoint par la Senoge à proximité de la ligne de chemin de fer du Pied-du-Jura. Au bas de la commune, la rivière est rejointe par le Vaube puis à la limite entre les communes d’Aclens et de Bussigny, c’est l’Arena qui afflue dans la Venoge. Depuis ce lieu, la rivière ne se situe plus que sur des limites communales. Elle marque tout d’abord la limite entre les communes de Bremblens et Bussigny, puis Échandens et Bussigny puis Écublens où elle passe sous la ligne Lausanne – Genève et l’autoroute A1. La limite d’avec Écublens s’établit ensuite avec Denges et finalement entre Préverenges et Saint-Sulpice où se situe son embouchure dans le Léman.

Le bassin versant de la Venoge est de 231 km24.

Idée de randonnée

Pour une belle randonnée d’environ 4 h 30, partir de Cossonay vers La Sarraz. Après avoir traversé champs et forêts, passer par le village de Dizy pour arriver à la Tine de Conflens. Longer ensuite la Venoge pour rejoindre La Sarraz. Version courte: depuis la gare de La Sarraz, marcher 40 min.

https://www.cooperation.ch/temps-libre/2021/et-au-milieu-coule-la-venoge-310852/

https://www.region-du-leman.ch/fr/P7153/les-sources-de-la-venoge

http://bhofmann.blog.24heures.ch/archive/2014/07/15/la-venoge-fete-ses-60-ans-856592.html

A propos de l'auteur

Facebook