Deux artistes dissidents cubains contraints à l’exil

Deux artistes dissidents cubains contraints à l’exil

Il est reproché à Hamlet Lavastida d’avoir proposé à d’autres dissidents de marquer des billets de banques des logos des groupes contestataires San Isidor et 27N.

L’artiste cubain Hamlet Lavastida a été libéré ce week-end après trois mois de détention pour être directement conduit à l’aéroport et contraint de prendre un vol pour l’Europe avec interdiction d’un retour à Cuba. L’artiste et sa compagne, la poétesse cubaine Katherine Bisquet, elle aussi forcée à l’exile, sont arrivés dimanche soir en Pologne.

Publicité

Le régime communiste reprend les expulsions de dissidents. Samedi 25 septembre, en fin de journée, Hamlet Lavastida est amené à l’aéroport international de La Havane, entouré de 20 agents des services secrets cubains. Une autre escorte amène sa compagne, l’auteure Katherine Bisquet. Les agents leur font savoir que leur voyage vers l’Europe se fera sans possibilité de retour.

« La police politique nous a imposé l’exil à tous les deux comme seule manière d’obtenir la libération d’Hamlet », dénonce la poétesse cubaine sur son compte Facebook

« Incitation à la délinquance »

L’artiste de 38 ans a passé ces trois derniers mois à la Villa Marista, la tristement célèbre prison de haute sécurité. Il avait été arrêté le 26 juin à La Havane alors qu’il venait tout juste de rentrer de plusieurs mois passés dans une résidence d’artistes en Allemagne. Le régime cubain l’accuse d’« incitation à la délinquance » via les réseaux sociaux. Dans un chat privé, Hamlet Lavastida avait proposé à d’autres dissidents de marquer des billets de banques des logos des groupes contestataires San Isidor et 27N. Mais cette idée n’avait pas été suivie d’effet.

Pendant sa détention, sa compagne, Katherine Bisquet, a été assignée à résidence. Des organisations internationales de défense des droits de l’homme avaient réclamé leur libération. 

https://www.rfi.fr

A propos de l'auteur

Facebook