Un nouveau livre révèle la personnalité de Donald Trump sur un parcours de golf. Il montre le président en obsédé de la gagne et en tricheur patenté.

Un nouveau livre sur Donald Trump fait beaucoup rire cette semaine aux Etats-Unis tout en dévoilant des pans de la personnalité du locataire de la Maison Blanche. Le livre en question s’intitule «Commander in Cheat: How Golf Explains Trump» («Tricheur en chef: Comment le golf permet de comprendre Trump»).

L’ouvrage a été rédigé par Rick Reilly, un ancien du Magazine «Sports Illustrated» et chroniqueur pour la chaîne sportive ESPN qui a interrogé des dizaines de personnes sur le comportement de Donald Trump sur un parcours de golf. Et le constat est sans appel: le milliardaire est obsédé par la gagne et ne peut s’empêcher de tricher, résume le «Washington Post».

Avec l’aide du Secret Service

«Il triche quand personne ne regarde mais aussi quand tout le monde regarde», explique Rick Reilly. Le comportement de Donald Trump est tellement connu que les caddies, qui transportent les clubs des joueurs, ont surnommé le président «Pelé», pour son habilité à pousser la balle du pied.

Parmi les anecdotes les plus truculentes, le journaliste raconte comment il a triché dans une partie avec Tiger Woods, en plaçant sa balle à un endroit moins difficile à taper. Ou encore, comment il a poussé la balle d’un adversaire dans un bunker, une fosse de sable. Il arrive même que des agents du Secret Service, chargé de la protection présidentielle, placent «discrètement» des balles pour aider Donald Trump en difficulté.

Le président n’hésite pas non plus à modifier un parcours, ainsi que l’a raconté un caddie qui a préféré rester anonyme. «Pendant un moment, il gardait une bombe de peinture rouge dans son chariot. Quand sa balle heurtait un arbre et qu’il pensait que ce n’était pas juste, il [] dessinait un grand X rouge dessus. Le lendemain, il n’y avait plus d’arbre.»

Dans le golf comme dans la vie

Comme tout bon tricheur, le président américain est également un vantard assumé. Il avait assuré en 2016 au «Washington Post»: «Ma vie a été marquée par les victoires. J’ai beaucoup gagné. Quand je fais quelque chose, je gagne. Même en sport, j’ai toujours gagné. J’ai toujours été un bon athlète. Au golf, j’ai gagné beaucoup, beaucoup de tournois de clubs.»

Rick Reilly a vérifié et son verdict est sans appel. Alors que Donald Trump affirmait avoir remporté 18 tournois de golf, la vérité est tout autre. «Score final sur les dix-huit championnats: seize mensonges, deux incomplets, aucun confirmé. Le nez de Trump s’est tellement allongé qu’à ce stade, il pourrait putter avec».

Au-delà de la vérité sur le golf, cette attitude est tout à fait révélatrice du comportement du président américain. «La façon dont Trump golfe correspond à la façon dont il préside, en faisant comme si les règles étaient faites pour les autres. Les faits et les vérités sont pour lui comme ses cartes de scores de golf et la taille des foules : des «impressions», malléables et négociables ».

Trump en est à 9451 mensonges

par Pascal Schmuck –

Le président américain ment de plus en plus. Il est passé de 6 contrevérités par jour à 22! Exemples.

 Le «Washington Post» continue son travail de fourmi en vérifiant toutes les sorties de Donald Trump qui sonnent faux. Et le grand quotidien américain vient de faire le point pour le 800e jour du président américain à la Maison-Blanche. Verdict: il en est à 9451 mensonges ou affirmations trompeuses.

Si on fait une moyenne, on obtient près de 12 contrevérités proférées chaque jour. Mais ce chiffre ne reflète pas la réalité car Trump ment de plus en plus, selon le «Washington Post». Lors de sa première année de présidence 5,9 mensonges ou affirmations trompeuses étaient dénombrés chaque jour. Lors des 200 derniers jours on en est à 22!

Allemagne, cancer, Obamacare

Un chiffre qui explose encore chaque fois que le républicain tient un meeting. Lors d’une seule prise de parole à Grand Rapids, dans le Michigan, le 28 mars, le quotidien a déniché 64 mensonges… À noter cependant que le «Washington Post» compte les contrevérités que le président répète. Par exemple lorsqu’il martèle que la construction de «son» mur à la frontière mexicaine a déjà débuté.

En reprenant les données du «Washington Post», CNN vient de donner l’exemple des mensonges présidentiels proférés en seulement 24 heures.C’est parlant.

Mensonge 1. Trump a dit avoir demandé un délai pour remplacer l’Obamacare. C’est en fait l’élu Mitch McConnell qui le lui a demandé au nom des républicains.

Mensonge 2. Trump a raconté que son père était né en Allemagne alors qu’il a vu le jour dans le Bronx.

Mensonge 3. Trump s’est vanté d’avoir provoqué la plus grande baisse d’impôts de l’histoire. «En pourcentage du Produit intérieur brut, la baisse d’impôts est la huitième plus grosse. Selon le coût de la vie, elle arrive au quatrième rang», détaille TVA.

Mensonge 4. La présence d’une éolienne à proximité fait baisser la valeur d’une maison de 75%, a affirmé le président. Il y a bien un impact, mais jamais de cet ordre-là, rétorque CNN.

Mensonge 5. Les États-Unis ont l’économie la plus prospère au monde, a juré le président. Mais même si l’économie américaine se porte bien, en termes de croissance brute, elle est loin des sommets.

Mensonge 6. Le bruit des éoliennes peut causer le cancer, a expliqué Trump… Aucune étude, jamais, n’a établi ce lien. L’association américaine contre le cancer s’est même fendue d’un communiqué pour expliquer que c’était n’importe quoi…

Mensonge 7. Seuls 1 à 2% des migrants illégaux se présentent à un procès, a lancé le président. Alors que c’est plutôt 90%. (Le Matin)

ATS / https://www.lematin.ch