Il y a des signes qui permettent d'espérer. Dans diverses parties du monde, les gens se lèvent. Avec un seul cri, ils mettent sérieusement en péril le fragile équilibre de la domination du néolibéralisme mondial.

Premièrement, les grands héros de cette saga: les jeunes et la population de Hong Kong. Le courage exemplaire du mouvement en faveur de la démocratie contre le géant chinois. David contre Goliath est un euphémisme. Avec 70% de participation, l'opposition a remporté 17 des 18 districts de Hong Kong après des semaines de combats dans les rues et d'affrontements contre le pouvoir central, déstabilisé par la ténacité et le courage de la jeunesse de ce minuscule territoire.

Puis, après le Liban, où le mouvement social a obtenu l'impossible, unir toutes les religions en un seul cri: chrétiens, musulmans, druzes, tous ensemble, en se donnant la main, luttent contre la corruption, contre la division de la société entre différents croyances, en faveur d'un état laïc et social. Le Liban ne sera plus jamais le même.

Au Chili, l'utilisation du mot révolution est pertinente. Le peuple chilien a pris son destin en main. Un soulèvement populaire a radicalement changé la vision de l'État et son rôle. Le gouvernement néolibéral de Miguel Juan Sebastián Piñera Echenique, héritier direct de Pinochet, a été contraint de capituler. Réduction des salaires des députés et des sénateurs, fin des privilèges des politiciens, en convoquant une assemblée constituante pour supprimer définitivement celle imposée par les années sinistres de pinochetisme, que le parti du président a toujours combattu en refusant toute modification du texte constitutionnel. La rue a imposé des mesures sociales urgentes et une remise en question profonde du système néolibéral en vigueur jusqu'à aujourd'hui.

Le néolibéralisme au Chili meurt exécuté par le peuple fatigué de ses excès.

L'État a essayé de se défendre en libérant son bras armé à tous les extrêmes. Le rôle des forces de police ou des carabiniers sera longtemps étudié comme un exemple de barbarie et de sadisme institutionnel. Plus jamais les carabiniers ne pourront remplir le rôle de protection de la société car ils sont devenus leur pire ennemi. Il sera impossible de rétablir un dialogue entre la population et les forces de l'ordre après les meurtres, les viols (y compris des mineurs) et plus de 200 personnes ayant perdu un œil ou qui sont restées aveugles à la suite de l'extrême violence de la police. Ils pourront se justifier, mentir, nier, mais aucun argument n'est aussi fort que les images qui parcourent le monde.

Face au monde, Sebastian Piñera devra répondre des graves accusations de violations des droits de l’homme et l’institution des policiers devra être réformée et débarrassée de ses éléments les plus violents afin qu’ils retrouvent un minimum de crédibilité auprès de la population.

Mais malgré la barbarie et l’extrême violence, ils ne se sont pas pliés dans la rue et la défaite a été plus intense et humiliante car, la jeunesse chilienne, pleine de courage, de solidarité et de lutte, est devenue un exemple pour la planète entière. L’état et les forces de l’ordre entreront dans l’histoire avec ce triste bilan de cruauté, de sadisme et d’excès injustifiables, afin de préserver les privilèges d’une petite caste d’exploiteurs et de personnes corrompues.

Mes hommages à ces garçons de la Première Rangée, ces vrais héros de cette révolution véritablement populaire.

En Irak, le peuple se soulève contre une caste corrompue qui monopolise le pouvoir pour défendre ses propres intérêts dans un pays détruit par des décennies de guerre et profondément divisé par sa religion. La guerre contre Saddam Hussein, puis contre Daech, l'invasion américaine, justifiée par des arguments fallacieux (des armes de destruction massive qui n'ont jamais exister), ont préparé le terrain pour le développement d'une caste corrompue qui s'enrichit en toute impunité dès que la population survit sans infrastructure, sans travail et sans éducation.

Irak

Au Soudan, Omar el-Bechir fut emprisonné après 30 ans de dictature dans un mouvement populaire dont les principales héroïnes sont les femmes. Dans un pays musulman régi par la charia, les femmes se sont levées aux côtés des hommes pour combattre l'oppression et créer une société démocratique fondée sur l'égalité des droits. Les Soudanais et les Soudanaises ont obtenu quelque chose de pratiquement impossible dans des pays dominés par une dictature théocratique, comme celle de surmonter les dogmes, les sectarismes religieux et revendiquer le droit des peuples à décider de leur sort. Ainsi, les femmes soudanaises ont donné l'exemple aux femmes des autres pays musulmans qui vivent encore soumises aux régimes patriarcaux et oppressifs, comme c'est encore le cas en Arabie saoudite ou en Iran.

Soudan

La République islamique d’Iran n’accepte pas la dissidence. Les mouvements populaires sont toujours noyés dans des fleuves de sang. Plus de 200 morts lors des dernières manifestations. Mais l'explosion est imminente. Alors que le mollah dépense des millions de dollars en guerres extérieures, il investit des fortunes dans des projets nucléaires absurdes sur une planète qui se bat pour survivre face aux changements climatiques. Victimes de sanctions unilatérales de la part des États-Unis qui, à base de chantage, imposent leurs conditions, la population subit les conséquences. Lorsque l'exaspération du peuple iranien aura atteint son apogée, l'explosion sera brutale. Les mollahs ne sont pas prêts à abandonner un iota du pouvoir et les gardiens de la révolution, sont prêts à se sacrifier pour protéger le réseau de corruption qui les soutiennent. Si les mollahs poursuivent cette politique de protection de la corruption institutionnelle et concentrés sur les intérêts géopolitiques extérieurs, la révolution sera imminente

Iran

En Algérie, on trouve les mêmes ingrédients. Le peuple qui rejette catégoriquement une caste politique qui a monopolisé le pouvoir pendant des décennies pour s’enrichir.

Un seul cri résonne à travers la planète. On se contente des excès d’un système orienté sur une croissance utopique infinie et dans la maximisation des bénéfices. Un système qui a perdu toute éthique et tout scrupule et qui condamne une majorité de la population mondiale à la pauvreté et à la misère en concentrant la richesse entre les mains de quelques-uns.

Algérie

Le cri pour une véritable démocratie populaire, d'un État principalement orienté vers les intérêts du peuple, qui distribue la richesse nationale de manière juste, avec un comportement décent et transparent des fonctionnaires car les politiciens sont des fonctionnaires et non des "Autorités." Politique n'est pas un métier, c'est une activité au service de son pays et c’est ainsi que l’on comprit la Suisse, le Danemark ou la Norvège où les hommes politiques n'ont aucun privilège. Le seul droit dont ils disposent est de servir leur pays puisque le mandat a été donné par le peuple à travers un vote qui reflète la volonté populaire. C’est le peuple qui constitue la véritable autorité et le souverain ce qui veut dire que le monde politique doit répondre face à la volonté du peuple souverain.

Ce cri ne va pas prendre fin, bien au contraire…. il va augmenter parce que, parallèlement aux exigences d'une plus grande démocratie et de plus de justice, s'ajoute la nécessité de lutter pour la survie de la planète.

Le temps est venu d’aller au-delà des différences, d’éliminer tout dogme ou sectarisme pour que les populations puissent s'organiser dans leurs bases pour imposer leurs revendications. C'est l'État qui doit être au service de la société et non l'inverse. Tous ceux qui ont lancé les forces de police, comme des chiens enragés, contre la population devront être jugés et condamnés en conséquence. Ils devraient réfléchir sur le véritable rôle des forces de sécurité, protéger la population et défendre les privilèges de la caste dominante.

La société organisée, doit être consciente de sa propre force afin de pouvoir diriger son destin.

Alfonso Vásquez Unternahrer

 Traduit de l’ESP au FR par Lourdes BARROS-BELTRAN

Continue ...

 

 

 

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn