Silvia Velázquez est née à Punta del Este en 1980,

en Uruguay, et vit en Suisse depuis 2009.

L’art ne fut pas son premier choix.

Si elle opte pour l’économie et travaille dans la finance,

la pratique artistique n’a de cesse de la tarauder.

 

Dessiner, peindre lui sont nécessaires au point qu’elle abandonne définitivement toute autre activité. Un choix récompensé par la Ville de Lausanne qui met à sa disposition, en 2013, un atelier.

Entre recherches plasticiennes et interrogations de l’intime et de la mémoire, Silvia propose des œuvres aux compositions géométriques. Pour ses dessins, elle utilise des formes simples à l’encre de Chine, fusionnant dans un tout du sensible et de la rigueur.

Considérant important que les œuvres remplissent deux fonctions, l’une esthétique et l’autre sociale, l’artiste s’intéresse aussi aux œuvres multiples et aux animations vidéo qui remplissent cette deuxième fonction en étant accessibles à un plus large public et en favorisant une démocratisation de l’art. De plus, l’artiste aime questionner le public au sujet du concept d’œuvre d’art original et unique, qu’on a tendance à sacraliser.

Les dessins présentés par Silvia Velázquez à La Galerie, appartiennent à la série Mémoires et confidences. À travers cette série, Silvia nous dévoile des souvenirs d’enfance et de jeunesse dans son pays d’origine, l’Uruguay, ainsi que ses états d’esprit pendant et après son déménagement en Suisse.

L’artiste propose des œuvres mêlant géométrie et figuration, permettant des lectures différentes, mais dans lesquelles sa propre vision s’exprime volontairement à travers les titres.

Plusieurs pièces font référence à des lieux et traditions difficiles à déchiffrer pour ceux qui n’ont pas vécu ou connu l’Uruguay. Cependant, ils représentent également une opportunité pour elle de partager avec le public suisse une partie de la culture et des traditions de ce pays d’Amérique du Sud.

« L’artiste à la personnalité enthousiaste et chaleureuse s’exprime à travers des formes simples, mais méticuleusement travaillées. Elle commence toujours avec de petits formats, jusqu’à ce qu’elle se sente suffisamment rassurée pour s’aventurer vers des compositions plus imposantes.

Le choix de la ligne, de la mathématisation du dessin, elle l’explique par « l’envie de transmettre l’essence des choses ». Au lycée, elle adorait les graphiques pour ce qu’ils révélaient avec tant de concision. Pour elle, chaque forme possède un au-delà bien plus complexe que ce qu’elle donne à observer.

Et puis, malgré la maîtrise du geste et la concentration nécessaire à l’utilisation de matières qui ne s’effacent pas, ne se rectifient pas, il y a l’erreur salutaire. Celle qui dévie le regard, l’attire ailleurs. Dans un monde de perspectives intrigantes. Silvia Velázquez aime que chacun s’empare de ce qu’il voit et voyage au fil de son trait. »

ArtsHebdoMedias, Marie-Laure Desjardins, novembre 2017

 

 

 samedi 23 – 15h visite commente
 
19:00 – 00:00  entrée libre

du mardi au samedi
 
La Galerie

13, rue de l’Industrie

(Grottes) – Genève

 

www.assolagalerie.org
https://www.facebook.com/assolagalerie/
https://ladecadanse.darksite.ch/lieu.php?idL=3
https://ladecadanse.darksite.ch/evenement.php?idE=331670&tri_agenda=dateAjout