Roger Federer s’est imposé facilement 6-1 6-3 en 53′ contre l’Allemand Alexander Zverev au tournoi de Halle.

Roger Federer a conquis dimanche son neuvième titre sur le gazon de Halle, le quatrième de l’année et le 92e au total sur l’ATP Tour. Le no 5 mondial s’est aisément imposé 6-1 6-3 en 53′ face à l’Allemand Alexander Zverev (ATP 12) dans une finale disputée sous le toit en raison de la pluie.

Le Bâlois, qui a signé un retour triomphal cette année avec des trophées conquis à l’Open d’Australie, à Indian Wells et à Miami, fait ainsi oublier son élimination subie dès son entrée en lice la semaine précédente à Stuttgart face à Tommy Haas. La confiance retrouvée, il se profile comme le principal favori de Wimbledon (3-16 juillet) où il partira en quête d’un huitième sacre.

Roger Federer a réussi une démonstration dimanche, prenant ainsi une cinglante revanche sur la défaite subie l’an dernier en demi-finale à Halle face au même Alexander Zverev. Nettement plus à l’aise sur son revers lifté que dans ses sorties précédentes, il n’a pas laissé la moindre ouverture au jeune (20 ans) et grand (1m98) Allemand. Auteur de 22 coups gagnants pour seulement 8 fautes directes, le Bâlois n’a pas perdu son service dans cette finale. Il n’a même égaré que 9 points sur son engagement dont 2 lorsque sa première balle passait…

Zverev étouffé d’entrée

L’homme aux 18 titres du Grand Chelem a pris Alexander Zverev d’entrée à la gorge. Il signait ainsi un break «blanc» dès le premier jeu, grâce notamment à une somptueuse amortie gagnante de revers, et enfonçait le clou en s’emparant une deuxième fois du service adverse pour mener 3-0. Groggy à 0-4 0/30 sur son engagement, Alexander Zverev parvenait à éviter la roue de vélo, mais concédait un troisième break dans le dernier jeu d’un set initial conclu en 23′.

Bien trop irrégulier dans une première manche où il a commis 10 fautes directes (12 au total), Alexander Zverev a pu sortir la tête de l’eau à l’entame du deuxième set. Le vainqueur du dernier Masters 1000 de Rome se procurait même une balle de break dans le premier jeu. Mais Roger Federer l’effaçait en armant un service gagnant, avant de reprendre le dessus à l’échange. Il réussissait le break décisif dans le sixième jeu, conservant sans trembler cet avantage pour conclure la rencontre sur sa première balle de match d’une volée gagnante de revers.

A deux longueurs de Lendl

Déjà titré sur le gazon allemand de Halle de 2003 à 2006, en 2008 puis de 2013 à 2015, Roger Federer est simplement le deuxième joueur de l’ère Open (depuis 1968) à s’adjuger à neuf reprises le même tournoi. Le premier ayant réalisé cet exploit est bien sûr Rafael Nadal, qui a même réussi une triple «decima» sur terre battue ce printemps à Monte-Carlo, Barcelone et Roland-Garros.

Avec désormais 92 trophées à son palmarès sur le circuit principal, Roger Federer se retrouve par ailleurs à deux longueurs d’Ivan Lendl, deuxième joueur le plus titré de l’histoire. Le Bâlois de 35 ans pourrait s’approcher un peu plus du coach d’Andy Murray sur l’herbe de Wimbledon. Il peut même toujours rêver au fabuleux record de Jimmy Connors, lauréat de 109 titres dans une carrière d’une rare longévité avec notamment cette demi-finale jouée à l’US Open à l’âge de 39 ans (en 1991).

nxp/ats