Le Festival

Le FIFDH est l’événement le plus important dédié au cinéma et aux droits humains à travers le monde. Depuis 15 ans, il se tient chaque année au coeur de Genève, la capitale internationale des droits humains, en parallèle avec la session principale du conseil des droits de l’homme de l’ONU.

UN FORUM INTERNATIONAL

Tous les soirs, le FIFDH propose des films suivis de débats de haut niveau pour dénoncer toutes les violations contre les droits humains partout où elles se produisent, y compris celles passées sous silence à l’ONU. Diplomates, ONG, victimes, artistes, financiers, militant.es, journalistes et le grand public sont invités à confronter leurs points de vue dans ce lieu unique. Chaque débat est transmis sur internet et possède un hashtag dédié : chacun peut poser des questions, en direct, depuis n’importe quel endroit de la planète.

Ont participé aux débats : les Prix Nobel Shirin Ebadi et Joseph Stiglitz, les Hauts Commissaires Navi Pillay et Zeid Ra’ad al Hussein, les lanceurs d’alerte Edward Snowden, Julian Assange et Jesselyn Radack, les activistes The Pussy Riot, et les Yes Men, les artistes JR et Ai Weiwei, les juristes Fatou Bensouda, Carla del Ponte et Baltasar Garzon, les diplomates Leila Shahid et Samantha Power ainsi que Anna Politkovsaïa, Edgar Morin et Stéphane Hessel.

UN FESTIVAL DE CINEMA

Un festival international de cinéma. Deux compétitions internationales – fiction et documentaire — proposent une sélection pointue de films qui bousculent notre manière de voir le monde, en présence des cinéastes et protagonistes. Deux Jurys prestigieux remettent le Grand Prix de Genève (10’000 €), le Grand Prix Fiction (10’000 €) et le Prix Sergio Vieira de Mello (5’000 €).

Les plus grands noms du cinéma international sont venus présenter leurs films au Festival, notamment Rithy Panh, Juliette Binoche, Gael Garcia Bernal, Joshua Oppenheimer, Abderrhamane Sissako, Joachim Lafosse, Amos Gitai, Arsinée Khanjian, William Hurt, Nabil Ayouch, Reda Kateb, Mai Masri ou encore Brillante Mendoza.

seances scolaires et etudiants

Le FIFDH touche les jeunes : plus de la moitié du public a moins de 35 ans ! Nous proposons un programme ambitieux de films et de débats pour les écolier.es et apprenti.es. Le Festival propose également des séances pour les étudiant.es de l’Université de Genève, du Graduate institute et des écoles de cinéma, avec des workshops et des Masterclasses dédiées.

LE FESTIVAL HORS LES MURS

Le FIFDH est un Festival incontournable à Genève, qui attire chaque année 35’000 festivalier.e.s. Le Festival propose également avec succès des projections et des débats publics dans des maisons de quartier, des foyers de personnes migrantes, des clubs sportifs, à l’hôpital et en prison.

IMPACT MEDIATIQUE

Le Festival est massivement couvert par la presse internationale. Ses partenaires officiels sont Euronews, TV5Monde, Le Huffington Post, France Culture, ARTE, le Temps et la Radio Télévision Suisse (RTS).

PARTENAIRES

Des partenaires internationaux Nous sommes soutenus par les Ministères Suisses des Affaires Etrangères et de la Culture, la Ville et le Canton de Genève, l’Organisation internationale de la Francophonie et des institutions privées comme la Fondation OAK et la Fondation Ford. Nous travaillons étroitement avec 116 partenaires internationaux, dont les plus importantes ONG (Amnesty International, OMCT, Human Rights Watch et MSF), la Cinémathèque suisse et l’Université de Genève. Le FIFDH est membre fondateur du Human Rights Film Network, un réseau actif de 60 festivals à travers le monde.

LES PARRAINS DU FESTIVAL

Sergio Vieira De Mello, Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme tué à Bagdad, était le premier parrain du Festival, aux côtés du cinéaste Ken Loach, la cantatrice Barbara Hendricks, l’ancien Garde des Sceaux Robert Badinter, l’ancienne Présidente de la Suisse Ruth Dreifuss, l’acteur William Hurt, Louise Arbour et feu l’écrivain Jorge Semprun.

Résister au vent

15 ans ! Le Festival fête un anniversaire marquant dans une époque d’interrogations profondes. Jamais l’humanité n’a porté autant de richesses, de choix, de savoirs et de possibles. Paradoxalement, c’est au moment où nous avons toutes les cartes en main pour conquérir la justice sociale que les inégalités se creusent, que gronde le désordre et que jaillit la peur.

« Indignez-vous ! », lançait Stéphane Hessel au début de la décennie. Il a été pris au mot : l’indignation est aujourd’hui générale. Mais elle est acerbe, gonflée de rancœur et de haine. Il souffle un vent de rage contre « le système », contre les médias, contre nos institutions, contre les minorités, contre les fondements mêmes de la démocratie. S’indigner contre, c’est important, mais s’indigner pour : voilà le défi. Sous nos yeux, un ancien monde s’effondre. Alors nous nous demandons : qui construira le nouveau ?

Être révolutionnaire en 2017, c’est surmonter la peur, c’est choisir ses mots, c’est se laisser émerveiller par les cinéastes et les artistes, et prendre le temps de revenir à la raison. Pour changer le monde en 2017, il faut poser les bonnes questions et proposer un horizon d’action. Pourquoi nous battons-nous ? Qu’est-ce qui nous réunit ? Vers quoi voulons-nous aller ? Comment pouvons-nous l’atteindre ?

Il faut des lieux nouveaux, ouverts et accessibles, où l’on sort de l’entre-soi pour se confronter à l’autre, et des moments pour repenser l’acte politique et dépasser les slogans.

À partir de Genève, cette ville-monde qui a toujours été à la fois agitée et épargnée par les tremblements de la planète, nous avons construit une programmation qui dénonce fermement les violations contre la dignité humaine et nomme ses auteurs pour qu’ils ne restent pas impunis. Mais cette 15ème édition va beaucoup plus loin : elle vous surprend, elle vous donne l’envie d’agir, et elle vous transmet une force, une confiance et une énergie, avec la conviction profonde que chaque être humain est irremplaçable, digne d’être écouté, protégé et libre.

Cet esprit de liberté qui anime toute notre programmation est un souffle positif, un élan. Pendant dix jours, quelque chose nous rassemble, le public, l’équipe, les cinéastes, les activistes et les partenaires, quelque chose d’unique et de puissant. Avec, tout au fond de nous, l’espoir de pouvoir dire un jour : en ce temps-là, nous n’avons pas cédé. Nous avons questionné. Nous avons défendu des valeurs fondamentales. Nous sommes restés droits, nous avons résisté au vent. Et nous avons eu raison.

Isabelle Gattiker

Directrice générale et des programmes

Programme en bref

compétition documentaires de création

• 500 Years / 500 Años
de Pamela Yates

• Exil
de Rithy Panh

• Ghost Hunting / ISTIYAD ASHBAH
de Raed Andoni

• I Am Not Your Negro
de Raoul Peck

• Nowhere To Hide
de Zaradasht Ahmed

• The Good Postman
de Tonislav Hristov

• The War Show
de Andreas Dalsgaard & Obaidah Zytoon

• They Call Us Monsters
de Benjamin Lear

• Tickling Giants
de Sara Taksler
compétition fiction

• 7 minutes / 7 minuti
de Michele Placido

• Burning Birds / Davena Vihagun
de Sanjeewa Pushpakumara

• Drum / Tabl
de Keywan Karimi

• L’autre côté de l’espoir / Toivon tuolla puolen
de Aki Kaurismäki

• Mimosas, la voie de l’Atlas
de Oliver Laxe

• Moonlight
de Barry Jenkins

• Nocturama
de Bertrand Bonello

• The Cambridge Squatter / Era o Hotel Cambridge
de Eliane Caffé

• Wùlu
de Daouda Coulibaly
compétition omct

• Chasing Asylum
de Eva Orner

• Complicit
de Lynn Zhang & Heather White

• Disturbing the Peace
de Andrew Young & Stephen Apkon

• Frame by Frame
de Alexandria Bombach & Mo Scarpelli

• Impasse
de Elise Shubs

• Silent War
de Manon Loizeau

• Syria’s Disappeared: the Case against Assad
de Sara Afshar

• The Borneo Case
de Dylan Williams & Erik Pauser

• The Child Soldier’s New Job / Børnesoldatens Nye Job
de Mads Ellesøe

• The Opposition
de Hollie Fifer

• The Pearl Of Africa
de Jonny Von Wallström

hors compétition

• Last Men in Aleppo

de Feras Fayyad
hors compétition fictions

• Divines
de Houda Benyamina

• The Idol / Ya tayr el tayer
de Hany Abu-Assad
films thématiques

• A Greek Winter
de Ingeborg Jansen

• Investigating My Father

• TADMOR

• The Invisible City [Kakuma]
de Lieven Corthouts

• Trading Paradise
forum international

• « Afro-descendance »: un Black Power universel?

• Combattre la faim et la misère : les exemples du Brésil et de l’Inde

• Droits des femmes: une lutte permanente

• Genève, Kuala Lumpur, Hollywood: un scandale financier global

• Grèce  : quand les politiques d’austérité créent des crises humanitaires

• Il était une fois la vie privée

• Israéliens et Palestiniens contre l’occupation

• La Cour pénale internationale sous le feu des critiques

• Migration, le temps de la désobéissance ?

• Philippines : permis de tuer

• Sur nos téléphones et nos tablettes, les doigts de la honte

• Syrie, pièces à conviction

• Transgenres et intersexes: hors cases, hors droits ?

• Turquie : l’inquiétante transformation d’Erdogan

• Un état des droits humains dans un monde devenu imprévisible

• Yémen : loin des regards, la descente dans le chaos

film, discussions

• Bruno Manser, 16 ans après : un combat plus nécessaire que jamais

• Crises humanitaires et nouvelles technologies : une révolution en marche?

• Enfants soldats: un marché international

• Femmes prostituées en Suisse

• Guatemala: pour que justice soit faite

• Kakuma, la ville invisible

• L’Australie, terre d’accueil devenue forteresse

• ONU : sortir de la paralysie

• Papouasie-Nouvelle-Guinée : la résistance d’un peuple

• Photojournalistes, la guerre en images

• Racisme anti-Noir.e : les défis genevois

Événements

• 24h à Champ-Dollon. La prison entre représentations et réalité

• Avant-première de Vangelo de Pippo Delbono

• Book launch and signing of Debi Cornwall’s Welcome To Camp America

• Café des libertés

• Colloque international / UNIGE – Syrie: imaginer un avenir en paix

• Concert de la francophonie

• Conférence de Laurent Gaudé

• Guantanamo: lecture par l’auteur Frank Smith

• Hommage à John Berger

• La liberté d’expression hier et aujourd’hui

• L’accueil des personnes migrantes aux frontières de l’Europe

• L’artiste face au monde: la résistance nécessaire

• Le combat quotidien des commissions nationales des droits de l’homme

• Mécenat d’entreprise, risques et bénéfices : 9 fondations s’engagent pour les droits des femmes

• Nobody is God – Théâtre

• Présentation de l’exposition Irak : la vie après le génocide

• Rencontre avec Bertrand Bonello

• Rencontre avec Pinar Selek, écrivaine militante turque

• Rétrospective Wu Wenguang

• Swiss Initiative: courts-métrages soudanais

• Talking HEADS avec Rithy Panh

• Vernissage de l’exposition Act on Your Future

• Vernissage de l’exposition Chroniques d’Alep de Mouna Ikhlassy

• Vernissage de l’exposition Exil de Rithy Panh

• Vernissage de l’exposition UNDER THE SKIN de mounir fatmi

• Vernissage de l’exposition Welcome To Camp America de Debi Cornwall
expositions

• #notatarget

• Act on your future

• Chronicles of Aleppo by Mouna Ikhlassy

• EXIL de Rithy Panh

• Irak: Life after Genocide

• RESILIENCE by Abdel Rahman Katanani

• UNDER THE SKIN by mounir fatmi

• Welcome To Camp America par Debi Cornwall
scolaires

• Bienvenue au Réfugistan
de Anne Poiret

• Bon voyage
de Fabio Friedli

• BUNKERS
de Anne-Claire Adet

• Chaos au Kalahari / Chaos in the Kalahari
de Kate Thompson-Gorry

• Donetsk, la bataille de l’Ukraine
de Antony Butts

• Etats-Unis, le nouvel Apartheid
de romain icard

• Jungle
de Colia Vranici

• La colère dans le vent
de Amina Weira

• L’Image manquante
de Rithy Panh

• Mineurs au pied du mur
de Jean-Daniel Bohnenblust

• Un Baptême du feu
de Jérôme Clément-Wilz

http://www.fifdh.org/site/fr/edition-2017/programm