Pour le premier week-end après leur ouverture, les terrasses et les bars ont fait le plein. Veiller au respect des règles reste lourd pour les tenanciers et serveurs.

 
Terrasses bien fréquentées.Les Genevois sont sortis en masse pour profiter du soleil du week-end. (mpo)

«On avait décidé de boire une verre ensemble, puis on a croisé des amis et on leur a proposé de se joindre à nous, a témoigné Sylvain samedi soir sur le terrasse de l’Eléphant dans la canette, à Genève. Mais comme on est plus de quatre, on se retrouve séparés, sur deux tables.» Suivant près de deux mois de fermeture forcée et un début de semaine quasi hivernal, la population a enfin pu profiter des terrasses. Mais il a fallu faire avec les normes édictées par l’OFSP et GastroSuisse: tables de quatre maximum, clients assis, pas de service au bar, distances de deux mètres entre les groupes et fermeture à minuit. Les établissements et terrasses semblent ainsi étrangement vides. Et pourtant! Margaux et Manouchka ont dû s’armer de patience avant de dénicher une place. «Nous avons tenté trois bars qui semblaient vides, mais étaient pleins, avant de trouver une table.» Quoi qu’il en soit, les ardeurs n’ont pas été refroidies et les clients des estaminets sont ravis de sortir de leur isolement. «Cela fait trop du bien», s’exclame Margaux.

«Les gens sont sortis ces derniers soirs, ils sont heureux de revenir et nous l’ont dit», a confirmé Joan Lomet, le propriétaire du bar l’Eléphant dans la canette. «Nous avons dû refuser beaucoup monde», a indiqué le patron de l’établissement, situé au début de la très festive rue de l’Ecole-de-Médecine, soulignant que tous les bars de l’artère n’avaient pas ouvert leurs portes. Petit bémol tout de même, «il est compliqué pour les serveurs d’expliquer en continu aux clients qu’il faut rester assis, ne pas aller au bar. Il y avait tout de même une bonne ambiance.» Un avis partagé par Adrien Maneyrol, responsable du Chat Noir. «On sent l’engouement des gens. Pour la plupart, ils sont réceptifs au respect des règles.» Les horaires restreints ont tout de même pesé sur le club carougeois qui accueille souvent les fêtards venus prendre un verre après avoir soupé au restaurant, ou les collègues d’autres établissements. «Ceux qui sont venus tard n’ont pas pu autant profiter que d’habitude.»

«S’il faut en passer par là…»

Autre quartier, autres heures, mais même empressement à profiter à nouveau des terrasses. À Carouge, samedi après-midi, les bars autour de la place du Marché ont également fait le plein, pour ceux qui avaient ouvert. Tout autour, badauds et enfants ont envahi l’esplanade. Assises à une table de la brasserie La Bourse, Bénédicte et ses amies prénommées toutes deux Laurence ont largement profité du soleil. «Je n’ai pas peur du virus», confie la première. Ses camarades de sortie opinent tout en affirmant qu’elles «préfèrent l’extérieur, non pas pour des questions de propagation du virus», mais parce qu’elles ne veulent pas «se trouver coincées entre des plaques de plexiglas».

Peu de problèmes

Huit interventions pour non-respect des horaires de fermeture dans les bars et des passages dans plusieurs parcs pour dissoudre des regroupements de jeunes. Voilà, selon la «Tribune de Genève», le résumé du travail des forces de l’ordre pour ce premier week-end d’ouverture des bistrots et deuxième phase de déconfinement.

Un peu plus loin, les bistrots de la rue Vautier sont aussi bien fréquentés, par une clientèle plus jeune. «Sortir nous a manqué, a déclaré Kim, attablée devant Le Chat Noir. Les tables sont plus espacées, mais ça ne choque pas. Et puis s’il faut en passer par des plaques de plexiglas ou autre pour pouvoir sortir, ce n’est pas un problème.»

 Maria Pineiro

https://www.20min.ch

Des musées genevois se préparent à rouvrir leurs portes

Les différentes institutions mettent en place une série de dispositifs pour assurer la sécurité de leur personnel et des visiteurs.

 

Le Musée d'ethnographie de Genève a mis en place les mesures de protection imposées pour rouvrir ses portes jeudi.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les musées de la Ville de Genève rouvriront leurs portes jeudi après plus de deux mois de pause forcée. Les institutions se réorganisent et mettent en place des dispositifs pour assurer la sécurité du personnel et du public.

Au Musée d'ethnographie (MEG), les employés sont à pied d’oeuvre pour que tout soit prêt pour l’Ascension. Les fléchages au sol ont été posés et les potelets délimitant les files d’attente installés. La jauge maximale a été revue à la baisse pour garantir la distanciation sociale.

Deux personnes accueilleront les visiteurs à l’entrée avec du désinfectant. Des vitres de plexiglas protègent les guichets. Dans les salles, tout le matériel interactif a été enlevé, de même que les dépliants. Le public sera encouragé à télécharger une application pour enrichir sa visite, indique Laurence Berlamont-Equey, responsable de la communication.

Les équipes de nettoyage passeront très régulièrement pour désinfecter les poignées de porte, les rampes et autres surfaces. Les surveillants veilleront aux respects des consignes.

Employés vulnérables

Dans la bibliothèque du MEG, des places ont été supprimées et toutes les chaises supplémentaires débarrassées. Les documents empruntés, qui sont restitués, seront entreposés dans des bacs spéciaux dans un endroit sécurisé pendant au moins 48 heures avant d’être manipulés.

A noter qu’une partie du personnel du MEG a été réaffectée pendant la crise à d’autres services de la Ville. Reste à savoir, si l’institution pourra récupérer ces employés pour l’ouverture. D’autres collaborateurs considérés comme vulnérables ne pourront pas reprendre leur poste initial.

Balisage

Le Musée Ariana rouvrira également pour l’Ascension. Le public pourra ainsi découvrir les expositions temporaires en cours «Meissen. Folies de porcelaine» et «Théières en goguette». Comme au MEG, les mesures vont d’une limite du nombre de visiteurs, au fléchage au sol en passant par la mise à disposition de solution désinfectante.

Les Musées d’art et d’histoire et le Muséum d’histoire naturelle ouvriront aussi leur porte le jeudi de l'Ascension. Au Muséum, seules les galeries permanentes du rez-de-chaussée, 1er et 2e étages seront ouvertes. Les parcours de visite seront balisés.

ATS/NXP

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn