teaserbreitJoesley Batista

Joesley Batista, à l'origine d'un scandale de corruption qui éclabousse le président brésilien, a été placé en détention provisoire lundi à Brasilia.

Un magnat de l'agro-alimentaire, à l'origine d'un scandale de corruption qui éclabousse le président brésilien Michel Temer, a été placé lundi en détention provisoire dans une prison de Brasilia.

Joesley Batista, un des propriétaires du géant de la viande JBS, est accusé d'avoir dissimulé à la justice des informations impliquant les plus hautes autorités de l'État. Il s'était rendu aux autorités dimanche, à Sao Paulo, en compagnie de Ricardo Saud, un ancien cadre de l'entreprise également impliqué dans cette affaire, après qu'un juge de la Cour suprême a ordonné leur arrestation.

Ce milliardaire a déclenché une crise politique de grande ampleur en enregistrant à son insu le président Temer lors d'une conversation au contenu hautement compromettant. Dans cet enregistrement rendu public en mai, le chef de l'Etat semble donner son accord à l'achat du silence d'un député aujourd'hui en prison pour son implication dans le méga-scandale de corruption Petrobras.

Collaboration

Lui-même ciblé par plusieurs enquêtes anti-corruption, l'homme d'affaires avait remis l'enregistrement aux autorités dans le cadre d'un accord de collaboration avec la justice grâce auquel il espérait échapper à la prison.

Son témoignage évoque des millions de dollars de pots-de-vin destinés à des dizaines de politiciens de tous bords pour intercéder en faveur de son entreprise. Mais il est accusé d'avoir dissimulé des éléments importants au moment de passer aux aveux, ce qui a motivé l'ordre d'arrestation de la Cour suprême et peut entraîner l'annulation de l'accord de collaboration.

L'homme d'affaires a été placé en détention pour une durée de cinq jours renouvelables. Son avocat, Carlos de Almeida, a dit s'attendre à ce qu'il sorte de prison cette semaine. «Il n'y a aucune raison qu'il ne soit pas libéré», a affirmé l'avocat .

Mandat sauvé

Le contenu explosif des révélations de Joesley Batista a poussé le procureur général Rodrigo Janot à accuser formellement le président Temer de corruption. Début août, le chef de l'État avait néanmoins sauvé son mandat en obtenant une large majorité à la Chambre des députés pour empêcher l'ouverture d'un procès à son encontre.

D'autres éléments des aveux de Joesley Batista peuvent donner lieu à de nouvelles mises en accusation de la part de Rodrigo Janot. L'enquête contre le président porte notamment sur des faits d'obstruction de la justice.

Mais le procureur général n'a pas de temps à perdre: son mandat arrive à son terme en fin de semaine et il sera remplacé par Raquel Dodge, magistrate désignée par Michel Temer.

La Cour suprême doit par ailleurs trancher mercredi au sujet d'une demande de récusation de Rodrigo Janot des affaires concernant le chef de l'État. La demande a été formulée par les avocats du président Temer, qui l'accusent d'agir «selon des motivations personnelles».


nxp/afp

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn