Morales petroleoGazprom possède déjà une activité importante en Bolivie, où elle exploite le champ de gaz naturel d'Aquío-Incahuasi.

Le président bolivien Evo Morales salue le ministre russe de l'Energie Alexander Novak lors du Forum des pays exportateurs de gaz.

La Bolivie et la compagnie gazière russe Gazprom ont signé plusieurs accords. Ces conventions visent à développer l'exploitation de deux champs de gaz naturel et à avancer dans le changement du bouquet énergétique du parc d'autobus publics du pays.

«Nous avons signé le début de la négociation des gisements de Vitacia et La Ceiba à l'est du pays. Gazprom possède une activité importante en Bolivie, nous voulons que l'entreprise soit à la manoeuvre dans ces deux gisements», a affirmé le ministre des Hydrocarbures, Luis Alberto Sanchez, dans une conférence de presse à l'occasion du Forum des pays exportateurs de gaz, qui se tient à Santa Cruz en Bolivie.

La firme russe exploite déjà le champ de gaz naturel d'Aquío-Incahuasi, au côté de la française Total, de l'argentine Tecpetrol et de la compagnie bolivienne YPFB. Ce champ représente 12% du total de la production de gaz naturel du pays, estimée entre 60 et 61 millions de mètres cubes par jour.

La Bolivie et Gazprom ont également signé un accord afin de préparer le changement du bouquet énergétique des bus publics boliviens, du diesel au Gaz Naturel Liquéfié (GNL) et au Gaz Naturel pour Véhicule (GNV).

Le Forum des pays exportateurs de gaz a débuté mardi et se termine vendredi, sur une déclaration des gouvernements sur leurs désirs de définir une politique des prix et un usage du gaz comme une énergie propre, afin de préserver l'environnement.


nxp/ats

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn