c7fe5a297514ffcc1e63c69c14750ae0 la bolivie doit retrouver son acces la mer dit la cour internationale de justiceLe président bolivien Evo Morales s'est exprimé après le jugement à l'extérieur de la Cour internationale de Justice, la plus haute cour des Nations unies pour règler les conflits entre Etats. La Haye, le 1er octobre 2018.

Le Chili n'est pas tenu de négocier avec son voisin bolivien pour régler leur conflit frontalier. L’arrêt très attendu a été rendu par la Cour internationale de justice ce lundi 1er octobre. La Bolivie ne pourra donc pas retrouver l'accès à l'océan Pacifique, perdu en 1883.

« La Cour, par 12 voix contre 3, a constaté que la République du Chili ne s'est pas acquittée d'une obligation juridique de négocier un accès souverain avec la Bolivie », a déclaré le juge président de la Cour basée à La Haye.

L' arrêt était très attendu car le différend frontalier mine les relations bilatérales depuis plus d'un siècle entre le Chili et la Bolivie.

capture 1 chili 2

frontière actuelles

mapa

frontière avant  la guerre du pacifique de 1879-1884


Après des années de négociations infructueuses avec Santiago, La Paz a déposé une plainte auprès de la CIJ en 2013, clamant que le Chili s'était toujours engagé envers La Paz pour mettre fin à l'enclavement du pays le plus pauvre de l'Amérique du Sud.

Santiago affirme que la frontière est basée sur un traité de paix signé avec la Bolivie en 1904 au lendemain de la guerre du Pacifique (1879-1883).

Le juge Yusuf a cependant déclaré avoir l'espoir qu'« avec la volonté des deux parties, des négociations sérieuses pourraient être engagées ». De son côté, le président bolivien Evo Morales, candidat pour un quatrième mandat présidentiel, et qui assistait à l'audience au Palais de la paix de La Haye, a déclaré que son pays n'abandonnerait jamais sa revendication de retrouver un accès souverain à la mer.


hebdolatino avec AFP

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn