Deux prêtres argentins ont été condamnés à plus de 40 ans de prison pour avoir abusé de jeunes enfants sourds-muets.

Deux prêtres ont été condamnés lundi à plus de 40 ans de prison pour avoir violé durant des années des enfants sourds et muets dans un institut spécialisé dans l'ouest de l'Argentine, une affaire qui secoue le pays du pape François.

L'Argentin Horacio C. a été condamné à 45 ans de prison et Nicola C., un curé italien qui vit en Argentine depuis 1970, à 42 ans, selon la décision rendue publique lundi à l'audience.

Au cours de ce procès, qui s'est ouvert début août à Mendoza (ouest) et s'est tenu depuis à huis clos, 43 dossiers ont été examinés et 13 victimes entendues, dont certaines ont été violées entre l'âge de 4 ans et celui de 17 ans. Pour la justice, 25 dossiers sont considérés comme des cas d'abus sexuels.

Accusés de viols, corruption de mineurs et mauvais traitements, ils encouraient jusqu'à 50 ans de prison.

Dans les deux cas, le fait que les victimes étaient mineures au moment des faits, qu'elles étaient placées sous la responsabilité des auteurs, qu'elles vivaient sous le même toit qu'eux et que les condamnés étaient des représentants religieux ont été considérés comme des circonstances aggravantes.

Horacio C., 59 ans, et Nicola C, 83 ans, étaient avant le procès en détention provisoire.

Le tribunal de Mendoza a également condamné à 18 ans de prison le jardinier du centre, Armando Gomez, pour viol.

Deux des trois accusés sont arrivés à l'audience menottés et escortés par des policiers, tandis que Nicola C. se trouvait dans un fauteuil roulant poussé par une femme en uniforme, a constaté l'AFP.

«Ils sont démoniaques»

«Je pense que tout à l'intérieur de l'Eglise est faux. Tout ce qu'ils nous font lire, réciter, la façon dont doit se comporter une personne. Je pense qu'ils mentent et qu'ils sont démoniaques», avait confié début août à l'AFP une des victimes, Ezequiel Villalonga, dans la langue des signes, peu avant l'ouverture du procès.

Ce n'est qu'une fois adulte qu'Ezequiel a pu apprendre la gestuelle pour communiquer, car cet établissement catholique spécialisé ne lui avait pas appris la langue des signes.

«La vie là-dedans était terrible. On n'apprenait rien, on ne communiquait pas entre nous, on ne connaissait pas la langue des signes. On écrivait sans savoir ce que ça voulait dire, on demandait alors à d'autres camarades, mais personne ne comprenait rien», avait-t-il ajouté.

Rassemblées devant le tribunal, plusieurs victimes ont sauté de joie, levé les bras en signe de victoire et fait tourner des mouchoirs oranges à l'énoncé du verdict. «Soutien aux survivant du Provolo», «Oui, moi je te crois» ou «N'oublions pas!», pouvait-on lire sur les pancartes.

Dans cette vaste affaire, un ancien sacristain, Jorge Bordon, 50 ans, a déjà été condamné l'an dernier à 10 ans de prison après avoir reconnu avoir abusé sexuellement cinq victimes. Une quinzaine d'autres accusés doivent être jugés au cours de deux autres procès.

L'institut Provolo, situé au pieds des Andes, à Mendoza, à 1'000 km à l'ouest de Buenos Aires, a été fermé en 2016, lorsque le scandale a éclaté. Ce grand bâtiment en briques au toit vert, fondé en 1995, accueillait gratuitement des élèves sourds et muets d'origine modeste qui étaient internes et retournaient chez eux le week-end.

«Oui, moi je te crois»

Nicola C. est arrivé en Argentine en provenance de l'institut Provolo de Vérone, en Italie, également secoué ces dernières années par un scandale similaire de pédophilie, et a pris en charge le «Provolo» de La Plata (60 kms au sud de Buenos Aires).

En 1998, il est transféré à Mendoza, où il reste à la tête de l'institution jusqu'à son placement en détention provisoire en novembre 2016.

D'autres plaintes concernant l'Institut Provolo de La Plata sont actuellement en cours d'instruction.

Une des responsables l'ONG Bishop Accountability (responsabilité des évêques), Anne Barrett Doyle, avait estimé en mai à Buenos Aires que lorsque le pape François, Jorge Bergoglio, était archevêque de Buenos Aires, il «ne pouvait pas ne pas savoir». «En 14 ans comme archevêque de Buenos Aires, il a seulement envoyé deux dossiers au Vatican concernant des abus sexuels».

nxp/afp

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn