Un ancien député guatémaltèque avait demandé à un cartel mexicain des millions de dollars pour financer sa campagne. Il a été condamné à quinze ans de prison.

 Le politicien promettait à ses contacts qu'une fois élu, il soutiendrait les activités des trafiquants et nommerait des représentants du cartel à des postes de haut rang.

Candidat à la présidentielle guatémaltèque l'an dernier, Mario Estrada a été condamné mardi à 15 ans de prison par un juge fédéral de New York pour avoir sollicité des fonds de campagne auprès du cartel mexicain de Sinaloa.

Ancien député guatémaltèque, Mario Estrada, 59 ans, était le candidat de l'Union de Cambio Nacional et avait, a priori, peu de chances de l'emporter au moment de son interpellation à Miami, en avril 2019.

Il avait plaidé coupable du chef d'association de malfaiteurs en vue d'acheminer de la drogue sur le territoire américain.

Le politicien avait demandé au cartel des millions de dollars pour financer sa campagne présidentielle, promettant à ses contacts qu'une fois élu, il soutiendrait les activités des trafiquants et nommerait des représentants du cartel à des postes de haut rang.

Hommes de main à disposition

Le candidat souhaitait également être rémunéré en échange de son soutien aux trafiquants, en cas de victoire électorale.

Mario Estrada avait aussi réclamé que le cartel mette à sa disposition des hommes de main dans le but d'assassiner ses rivaux politiques.

Les hommes contactés par le candidat étaient des informateurs de l'Agence américaine de lutte contre le trafic de drogue (DEA) et ont permis l'interpellation de Mario Amilcar Estrada Orellana, de son nom complet.

Inculpé dans le même dossier, un complice de Mario Estrada, Juan Pablo Gonzalez Mayorga, a plaidé coupable et connaîtra sa peine le 15 avril.

nxp/afp

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn