La BIG et ses structures signées Laboratoire d’architecture, en pleine construction mardi. MARIE DE LUTZ

Avec une septantaine de participants, la Biennale des espaces d’art implante son village aux Charmilles. A découvrir de vendredi à dimanche.

Nouvelle équipe, nouveau concept, nouvel emplacement: la troisième BIG, dont les lettres correspondent cette année à «Biennale interstellaire des espaces d’art», aura lieu de vendredi à dimanche dans le quartier genevois des Charmilles. Issu-e-s de presque 70 structures ou associations, pas moins de 180 participant-e-s se présenteront au public, pour trois journées dédiées à l’art contemporain, aux rencontres et à la fête. Les yeux dans les étoiles.

«Nous voulions cette année créer un lien entre espaces d’art et recherche spatiale», explique l’artiste Rémy Dufay, un des coordinateurs de l’édition 2019 avec Benoît Beurret, Ulysse Prévost, Kevin Ramseier et Emma Souharce. Car si on sait depuis des décennies fabriquer des fusées capables de tutoyer les étoiles, faire cohabiter des personnes dans un espace restreint demeure un défi pour l’humanité. D’autant plus lorsque les ressources sont limitées – la BIG n’a pas (encore) les budgets de la NASA.

Pas en septembre

On s’en souvient, l’équipe précédente avait organisé en 2015 et 2017 une constellation de containers maritimes bleus sur la plaine de Plainpalais, attirant quelque 3000 personnes par édition – à l’époque, le sigle BIG correspondait à «Biennale genevoise des espaces d’art indépendants». Or la nouvelle escouade a décidé de quitter le centre pour la périphérie: «La plaine de Plainpalais n’était pas disponible fin juin, il aurait fallu repousser la manifestation à septembre. Nous avons préféré nous déplacer et continuer à profiter des beaux jours», explique Rémy Dufay, lui-même actif à Duplex.

Concrètement, c’est sur le chantier du projet immobilier QUARTET que s’installe ces jours le «village», en bordure de la rue de Lyon, aux Charmilles. «Un emplacement mis à disposition gratuitement», situé à un jet de pierre du nouveau campus de la Haute Ecole d’art et de design. Le Laboratoire d’architecture de Vanessa Lacaille et Mounir Ayoub a imaginé les structures en demi-cercles qui accueilleront les participants. Un duo qui monte: il représentera la Suisse à la Biennale d’architecture de Venise l’an prochain.

Parmi les espaces d’arts ou collectifs à visiter figurent «des vieux de la vieille mais aussi des structures à peine créées». On peut mentionner Halle Nord, les différents lieux d’exposition de l’usine Kugler, GUS, la Milkshake Agency, Macaco Press ou les invités Local Int (Bienne) et Volumes (Zurich). Quelques espaces genevois présents en 2015 et 2017 ont décidé de ne pas rempiler, comme Zabriskie Point ou Motel Campo.

La BIG, prolongation de la Manifestation d’art contemporain voulue à l’époque par le magistrat Patrice Mugny, comprendra aussi L’Antenne, un espace d’archivage de la biennale «en train de se faire». Une BIG Gazette sera produite sur place, alors que la bande passante sera squattée par les radios Vostok et Cosmique, dans une collaboration sans aucun doute fructueuse avec le podcast féministe Crépidules.

Visites guidées

Remy Dufay le souligne: «Nous avons créé de nombreux liens avec les Charmilles», pour ne pas simplement occuper les lieux de manière hors sol. Ainsi, une fanfare constituée d’habitants du quartier partira samedi (14h) de Plainpalais pour rejoindre la BIG, histoire de créer un lien entre l’ancien et le nouveau site. Et six jeunes adultes du quartier sont actuellement actifs dans le montage de l’événement, avant de changer de casquette le week-end – ils se chargeront des visites guidées.

«La plupart des espaces d’art ou collectifs présents reçoivent une enveloppe de 1100 francs, à utiliser à leur discrétion», précise encore Rémy Dufay. Quant aux participants à l’Antenne, ils se serviront dans un pot commun, «selon leurs besoins». La Ville de Genève fournit le gros de la subvention, avec 240 000 francs. Une somme complétée par la Loterie romande, la Fondation Ernst Göhner ou celle-qui-ne-veut-pas-qu’on-la-cite. Le canton, par contre, ne renouvelle pas son soutien cette année.

Avec une septantaine de participants, la Biennale des espaces d’art implante son village aux Charmilles. A découvrir de vendredi à dimanche.

 Samuel Schellenberg

BIG, 110 rue de Lyon, Genève, de ­vendredi à dimanche

https://bigbiennale.ch/programme

https://lecourrier.ch/

 

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn