Le Brésil est riche en légendes et aujourd'hui, je vais vous raconter une histoire célèbre, un symbole du folklore brésilien : l'histoire de l'oiseau João de Barro, connu partout au Brésil. En fait cet oiseau est bien réel et vit dans les villes et dans les campagnes brésiliennes. Le nom João de Barro vient de la capacité de manipuler l'argile

Avant de commencer notre histoire, je vais vous expliquer le parcours du personnage principal, un vrai constructeur de maisons. Les architectes sont surpris par la capacité de João de Barro à construire sa maison à la perfection.

Avec de l'argile mélangé à du fumier, de la paille et de petites branches, le mâle et la femelle travaillent ensemble pendant 18 jours pour construire le nid. En moyenne, la maison mesure 30 cm de diamètre et 5 cm d'épaisseur.

Le couple a une préférence pour les sites de nidification ouverts, tels que les arbres isolés et les poteaux électriques. La maison est séparée en deux parties par une cloison : l'entrée permet à l'oiseau de rentrer sans se baisser et toujours orientée au nord, ce qui empêche le vent de pénétrer à l'intérieur du nid. La deuxième partie de la construction c´est la chambre à coucher.

Un autre point inédit est son chant :  fort comme un rire, sa vocalisation a une séquence rythmique prolongée comme une chanson festive, montante et descendante, et chantée par le couple aux heures les plus chaudes et les plus claires de la journée.

L’oiseau mesure environ 19 cm. Dans la partie supérieure du corps, le João de Barro présente une couleur rouille et dans la partie inférieure, une coloration brun clair et sa queue a une teinte rougeâtre.

Présent en Argentine, au Brésil, au Paraguay et en Bolivie, le João de Barro se nourrit d'insectes, de larves, d'araignées, de papillons, de mollusques et parfois de graines. La femelle pond trois à quatre œufs à partir de septembre. La gestation dure entre 14 à 18 jours. Les oisillons sont nourris de 23 à 26 jours par leurs parents et ils sont enfin prêts à prendre leur envol.

La légende raconte que dans une tribu du sud du Brésil, le jeune Jaebé est tombé amoureux d'une fille d'une grande beauté et d’une grande intelligence. Fou d’elle le jeune homme a demandé la main de sa dulcinée.

Le père de la femme se trouve être le chef de la tribu et un vrai guerrier très protecteur auprès de sa fille. Il a demandé à Jaebé de lui prouver sa force de guerrier pour pouvoir épouser sa fille et le jeune homme a vite répondu : « Toutes les preuves de mon amour ». Le père de la fille a bien aimé la réponse, mais a trouvé le jeune homme audacieux et arrogant. Le vieil homme a rappelé à Jaebé que le dernier prétendant avait promis de jeuner pendant cinq jours, mais ce dernier est décédé le quatrième jour.

Jaebé a esquissé un sourire et a déclaré sans hésitation : "Je vais jeûner pendant neuf jours et je ne vais pas mourir." La tribu était émerveillée par la réponse et le courage du jeune homme.

Une fois le défi lancé, Jaebé s’est trouvé enveloppé dans un épais cuir de tapir et mis sous surveillance afin qu'il ne soit pas nourri.  La fille a pleuré et a prié la déesse lune de le garder en vie.

Le temps a passé et un matin la fille a demandé à son père : « Cela fait cinq jours papa. Ne le laisse pas mourir » mais le père ne l’entendit pas de cette oreille en répliquant : « Il est arrogant, il parle des forces de l'amour, eh ben ! voyons ce qui en sera dans les jours à venir ».

Lors de la dernière nuit de l’épreuve, le père lança : "Voyons ce qu'il reste de l'arrogant Jaebé."

 En ouvrant le cuir qui enveloppait le jeune homme, ce dernier a légèrement sursauté, ses yeux ont clignoté, son sourire avait une lumière magique et les gens de la tribu ne croyaient pas leurs yeux. Quand Jaebé a commencé à chanter à la vue de sa bien-aimée, sa peau dégageait une odeur d'amande et tout le monde, y compris son vieux père autoritaire, étaient émerveillés.

 Ils étaient tous surpris quand le jeune homme a commencé son chant joyeux et criard, tandis que son corps se transformait peu à peu en une silhouette gracieuse : Jaebé s’est métamorphosé en oiseau.

On pense que Tupã (Dieu des indiens) sensibilisé par le grand amour a transformé le jeune homme en oiseau. Au même moment, l'enthousiasme de la tribu a atteint son apothéose et la lune qu’on nomme la déesse Jaci, avec ses rayons argentés, a transformé la jeune belle fille en compagne oiseau de João de Barro.

Les deux amoureux se sont mis à chanter ensemble et ont pris leur envol jusqu’à disparaître dans la forêt.

Ce récit transmis par les Guaranis, conté et préservé à ce jour, fait référence à une rela

tion amoureuse si grande qu'elle a réussi à vaincre la mort.

Jaebé et sa bien-aimée ont pu vivre leur amour même après la mort, Ils ont été réincarné en deux oiseaux libres.

Miriam Rey Bernardes

 

 

 

 

 

 

 

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn