Cette année, la fête nationale sera dédiée aux Genevoises ayant marqué l'histoire suisse au parc La Grange.

 Les célébrations du 1er août auront lieu au parc La Grange.

Les célébrations du 1er août en Ville de Genève au parc La Grange seront résolument féminines. C'est le souhait de la maire Sandrine Salerno, qui a placé son année de présidence sous le signe de l'égalité.

La manifestation mettra à l'honneur les Genevoises qui ont marqué l'histoire helvétique. Pour la mairie, il s'agit de «questionner leur place dans l'histoire du pays tout en partageant un moment patriotique».

Ainsi, plusieurs illustratrices ont signé l'affiche de la fête et créé des planches de BD retraçant le parcours hors du commun de nombreuses genevoises. Les allées du parc seront rebaptisées avec de noms de femmes. Par ailleurs, l'humoriste Marina Rollman présentera un spectacle composé de plusieurs sketches inédits.

Cette orientation féministe n'empêchera pas la Ville d'offrir des animations plus traditionnelles aux visiteurs. Château gonflable, confection de lampions, feu de joie et partie officielle seront de la partie. Sans oublier un espace pour le lancement des feux d'artifice.

 

https://www.loisirs.ch/agendas/27615/fete-nationale-du-1er-aout-2019-dans-le-canton-de-geneve-nos-bons-plans

https://www.loisirs.ch/actualites/27611/ou-voir-les-feux-du-1er-aout-2019-en-suisse-romande

 

mpo

Des agents jugent qu'il sera impossible de faire face aux nuisances, sur le site des Eaux-Vives. Des mesures sont pourtant prévues.

 Tandis que les Genevois se ruent avec bonheur sur la plage flambant neuve des Eaux-Vives, ouverte depuis samedi, des policiers s'alarment

Tandis que les Genevois se ruent avec bonheur sur la plage flambant neuve des Eaux-Vives, ouverte depuis samedi, des policiers s'alarment: «Cette offre supplémentaire de détente créera de nouvelles nuisances». Beuveries, fans de grillades faisant fi de l’interdiction de barbecues, musique à fond... Les règles établies seront «inapplicables», d’après certains agents, qui ont souhaité rester anonymes.

Les Anges veillent
Pour limiter les nuisances, les policiers ne sont pas seuls. Ils peuvent compter sur l'aide de quatre "Anges de la plage". Des jeunes se relayent deux par deux, de 11h à 20h. Et ce, tous les jours jusqu'au 6 juillet, puis uniquement les week-ends jusqu'à la fin du mois prochain. Leur tâche: accueillir les Genevois en quête de farniente, mais aussi faire de la prévention. Les Anges sont notamment chargés d'expliquer aux usagers les règles de sécurité et de comportement en vigueur et pourront, le cas échéant, les rappeler poliment aux contrevenants. Mais le pouvoir des Anges s'arrête là. Ils n'ont évidement aucune autorité de police et ne peuvent dresser des amendes.

«Nous comprenons leurs craintes, mais nous n'avons par d'inquiétude particulière sur les nouveaux phénomènes qui pourraient apparaître avec ce nouveau pôle d'attraction», estime de son côté le service de presse de la police cantonale. Cette dernière se dit prête à sévir contre ceux qui braveraient les interdits. Une large prévention a été effectuée bien avant l'ouverture du nouvel écrin de la rive gauche, «les usagers sont donc prévenus, insiste Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole des forces de l'ordre. Notre rôle sera de sanctionner les abus éventuels». Les contrevenants s'exposeront à une amende.

 

Des policiers, pas des «garde-bains»

La police cantonale a planifié une «présence régulière» de patrouilles, de jour comme de nuit, et des «actions spécifiques» sur le site, sans donner plus de détails. Trois axes ont été définis: la sécurité et la tranquillité publique, la sécurité routière et la sécurité nautique. «Il va de soi que le dispositif sera adapté en fonction de l'évolution des événements», ajoute Silvain Guillaume-Gentil. Mais il n'y aura pas d'effectifs dévolus spécifiquement à la plage.

De son côté, la Ville précise qu'elle «ne va pas transformer ses agents municipaux en garde-bains». Le nouveau secteur des Eaux-Vives fera l'objet de surveillance, «comme tous les lieux ouverts de la cité et comme toutes les plages du Léman», appuie Cédric Waelti, porte-parole du département de la sécurité. Celui-ci note que l'attention portée au dernier-né des lieux de détente genevois «s'ajoute au travail déjà conséquent des agents dans les parcs municipaux, particulièrement en été». Le communicant précise cependant que «dans un premier temps, notre police patrouillera de manière plus intense sur la plage que dans d'autres endroits de la Ville».

par David Ramseyer -

https://www.20min.ch/

 

Il n'a jamais fait aussi chaud au Pilate durant un mois de juin. De nouveaux records de température, voire des records absolus, sont attendus mardi et mercredi.

 Un premier record de chaleur a été battu mardi matin au Pilate. Vers 10 heures, le mercure a atteint 21,7°C sur ce sommet de 2128 mètres situé à quelques encablures de Lucerne, soit 0,1°C de plus que le précédent record, qui datait du 18 juin 2013.

D'autres records devraient encore tomber durant la journée, indique MeteoNews. Le service météorologique privé prévoit même, pour mardi et mercredi, de nouveaux records de température pour un mois de juin, voire des records absolus.

Un peu avant 11h30, il faisait déjà 29,7°C à Coire, 28 aux Marécottes et à Sion (VS) ou encore 27,6 à La Brévine et à La Chaux-de-Fonds (NE), selon les données de MétéoSuisse.

Nuit tropicale, mais pas partout

La nuit de lundi à mardi n'a en revanche été tropicale que dans certains endroits, comme le Rheintal saint-gallois, a indiqué SRF Meteo. On parle de nuit tropicale lorsque la température ne descend pas en dessous de 20°C.

Le mercure affichait 22,3°C au plus frais de la nuit sur l'Üetliberg, près Zurich, et 21,6°C sur le Bantiger, près de Berne. Au sud des Alpes, Lugano et Locarno ne sont pas descendus au-dessous de, respectivement, 21,5 et 21,7°C.

Selon les données disponibles sur le site de MétéoSuisse, la nuit a également été tropicale à Évionnaz (VS) et Vevey (VD), avec respectivement 21,8 et 20,5°C.

L'Europe suffoque

La Belgique a émis un avertissement «forte chaleur», prévoyant «des maxima jusqu'à 34 ou 35°C» à partir de mardi, selon l'Institut royal météorologique.

L'Allemagne pourrait connaître elle aussi, en milieu de semaine, des températures parmi les plus élevées jamais enregistrées depuis plus de septante ans, le record en juin remontant à 1947, avec 38,2°C relevés à Francfort.

En Autriche, les autorités ont mis en garde contre les risques d'intoxication au monoxyde de carbone, en lien avec l'usage de climatiseurs et d'extracteurs d'air dans les logements.

Plusieurs personnes ont dû être hospitalisées ces dernières semaines après avoir utilisé leur chaudière à gaz pour se doucher sans avoir préalablement coupé ces équipements, qui provoquent une légère dépressurisation et favorisent un reflux de CO dans les habitations.

En Espagne, l'agence météo Aemet a déclenché une alerte «vague de chaleur» à partir de mercredi, prévoyant des températures allant jusqu'à 42°C dans le nord-est du pays.

nxp/ats

 

La Fête de la musique, édition 2019, a rencontré un beau succès malgré la météo incertaine. Les 529 concerts ont attiré pas moins de 200'000 personnes.

La Fête de la musique a à nouveau résonné avec succès à Genève malgré une météo changeante. "Un public toujours plus nombreux" a assisté pendant trois jours aux 529 concerts et animations, a dit dimanche le Département de la culture et du sport de la Ville de Genève.

Cette 28e édition s'est étalée sur 32 sites, en augmentation par rapport à 2018. La manifestation attire chaque année au moins 200'000 personnes, selon des estimations larges, mais il est impossible de chiffrer précisément l'affluence avec le nombre de concerts.

Valorisation culturelle et citoyenne

Quelque 5000 musiciens et artistes ont à nouveau participé à une fête que la Ville de Genève revendique comme une valorisation culturelle et citoyenne. De nombreux styles musicaux ont alimenté les trois jours avec plusieurs rencontres comme à la cour du Musée d'art et d'histoire (MAH) avec le Cabinet Barrocco-Jazz ou entre l'Ensemble Contrechamps, l'Ensemble Valéik et Farafina.

L'Orchestre des Nations a de son côté alimenté l'offre classique. Le public a pu aussi danser au son de la fanfare O.U.M.P.H. et assister à des animations poétiques. Les ateliers participatifs pour les jeunes et les projets de médiation musicale ont rencontré un grand succès.

Une indication qui ancre la manifestation pour l'ensemble de la population. La prochaine édition aura lieu du 19 au 21 juin 2020.

Forte affluence malgré la pluie

 


Les Fêtes de la musique ont rencontré un vif succès ce week-end en Suisse romande.

Les Fêtes de la musique ont résonné avec succès en Suisse romande malgré une météo changeante. A Genève, «un public toujours plus nombreux» a assisté aux 529 con­certs et animations sur 32 sites (en augmentation par rapport à 2018), selon le Département de la culture et du sport. L’événement attire chaque année au moins 200 000 personnes, mais il est impossible de chiffrer précisément l’affluence vu le nombre de concerts.

Quelques 5000 musiciens et artistes ont participé à cette 28e édition. De nombreux styles musicaux ont alimenté les trois jours avec plusieurs rencontres comme à la cour du Musée d’art et d’histoire (MAH) avec le ­Cabinet Barrocco-Jazz ou entre l’Ensemble Contrechamps, ­l’Ensemble Valéik et Farafina. L’Orchestre des Nations a de son côté contribué à l’offre classique. Le public a pu aussi danser au son de la fanfare O.U.M.P.H. et assister à des animations poétiques. Les ateliers participatifs pour les jeunes et les projets de médiation musicale ont rencontré un grand succès, à l’image d’une manifestation que la Ville de Genève revendique comme une valorisation culturelle et citoyenne. La prochaine édition aura lieu du 19 au 21 juin 2020.

Dans les rues de Lausanne


Dans la capitale vaudoise, les organisateurs saluent «une 25e édition exceptionnelle» où, malgré la pluie, quelques 40 000 personnes ont assisté à plus de 150 concerts répartis sur 57 scènes. La manifestation affiche ainsi une fréquentation constante qui témoigne de son caractère incontournable. Le public s’est réfugié momentanément dans les lieux intérieurs, qui ont affiché complet; tandis que le brass band Transport Lausanne Music, programmé à la Promenade Jean-Jacques Mercier, s’est replié dans l’Eglise Saint-Jacques voisine pendant les averses.

Les douze Street Stages, scènes éphémères ouvertes à toutes et tous, ont intensifié la présence de la musique dans la rue avec la participation de jeunes collectifs electro comme QULT à la Riponne ou SND à Montbenon. Emmenée par l’ensemBle baBel, la grande chenille musicale du projet African Market Place a par ailleurs traversé le centre-ville, de la place de la Riponne à la Salle des Fêtes du Casino de Montbenon. Une cinquantaine de personnes du public se sont aussi jointes au cortège, qui rassemblait 100 musiciens et participants des Maisons de Quartier et des ateliers musicaux de l’EJMA (Ecole de jazz et de musique actuelle) et de l’Ecole de Musique Lausanne.

Une semaine après la grève des femmes, la Fête de la Musique de Lausanne se félicite d’avoir la quasi parité des genres dans sa programmation 2019, composée de 54 % de femmes et de 46 % d’hommes. Les proportions varient toutefois selon les genres musicaux, les femmes étant largement majoritaires dans les chœurs (71 %) et minoritaires dans la catégorie jazz et musiques actuelles (19%). Le comité lausannois a signé hier la charte Keychange Manifesto avec pour objectif l’égalité des genres dans tous les styles musicaux d’ici 2022.

Yverdon et Neuchâtel

La fête fut aussi pluvieuse, «mais oh combien joyeuse», à Yverdon: 8000 personnes ont assisté samedi aux 80 concerts et trois créations au programme. Celles-ci ont tout particulièrement séduit leur public. Huitante écoliers ont applaudi à tout rompre Piano Poubelle de la Cie Jerrycan; une ovation a accueilli Au cœur de nos ressemblances et son chœur de 100 enfants de la Fondation Verdeil et des classes de primaire de la ville; rires en cascades enfin devant L’Odyssée d’Alysse de la Cie Alsand, qui sera reprise début août au festival de la Plage des Six Pompes.

Bilan positif aussi à Neuchâtel, qui célébrait sa 17e Fête de la musique avec plus de cinquante groupes, djs, écoles de musique, chorales, fanfares et orchestres. Si le Big Band de Ton sur Ton a dû déclarer forfait vendredi soir devant l’orage, la météo ensoleillée du samedi a permis à un public très nombreux de fréquenter les neuf scènes de la manifestation où se sont produits la chanteuse neuchâteloise Armelle, le groupe de musique klezmer Yvostellka, ou encore le quartet Timberjack.

https://lecourrier.ch/2

Régions ATS / CO Fête de la musique

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn