viaduc Le viaduc de Landwasser

 

Chemin de fer rhétique dans les paysages de l’Albula

et de la BerniUn bijou de technique ferroviaire


La ligne qui passe par l’Albula et la Bernina est une prouesse de l’ingénierie ferroviaire.

Chacun y trouvera son plaisir:

amateurs de culture ferroviaire et assoiffés d’histoire qui visiteront le musée du chemin de fer Albula à Bergün. Patrimoine culturel depuis 2008.

 

 

 

La traversée spectaculaire des Alpes

 Peu après Bad Alvaneu (GR), c’est l’effervescence dans le compartiment. Chacun sort son appareil photo et se précipite pour ouvrir les fenêtres. On aperçoit déjà le viaduc de Landwasser et ses 65 mètres de hauteur.

Dessinant une courbe majestueuse vers la droite, cette construction traverse la vallée et se termine brusquement dans la paroi rocheuse. Les appareils photo crépitent et quelques secondes plus tard, le train s’engage dans un tunnel.

Le viaduc de Landwasser est l’un des nombreux moments forts qui jalonnent les 122 kilomètres de la ligne ferroviaire traversant les cols de l’Albula et de la Bernina.

La voie ferrée, entre Thusis (GR) et Tirano (Italie), traverse plus de 196 ponts spectaculaires et 55 tunnels.

Ce trajet unique des Chemins de fer rhétiques, est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008.

Tous ont été construits entre 1898 et 1910 par environ 5000 immigrés italiens, dans des conditions de travail aujour­d’hui inconcevables.

Les Chemins de fer rhétiques traversent des panoramas de cartes postales.

 

 

Bernina Express

 

Les voyageurs qui effectuent le trajet complet franchissent trois régions linguistiques et culturelles ainsi que plusieurs zones climatiques. La ligne de chemin de fer et le paysage forment une unité harmonieuse, car à l’époque déjà, les constructeurs ont littéralement mis en scène le paysage en vue de développer le tourisme. Cette composition mariant paysage et technique, en plus d’une ingénierie exemplaire pour la période de construction, a joué un rôle déterminant dans l’inscription du chemin de fer au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Le train le plus agréable pour découvrir ce patrimoine est le Bernina Express avec ses voitures panoramiques. Sur le trajet de plus de 4 heures, au départ de Coire, s’enchaînent des paysages et installations ferroviaires remarquables. Peu après Thusis, le train pénètre dans les gorges de Schinschlucht pour arriver sur le viaduc de Landwasser. Au-dessus de Bergün, il aborde une suite étourdissante de tunnels hélicoïdaux en direction de Preda.

 

Découvrir un patrimoine mondial à bord d'un train historique crée des souvenirs inoubliables.

 

Les voyageurs qui descendent à cet endroit peuvent monter à pied jusqu’au lac de Palpuogna, considéré comme l’un des plus beaux points d’eau de Suisse. Après Preda, le train traverse le tunnel de l’Albula en Engadine, puis monte jusqu’au col de la Bernina, à 2253 mètres d’altitude. Les derniers arbres disparaissent pour dévoiler une vue dégagée sur le paysage de montagnes de l’Engadine, avec le Piz Bernina et le Piz Palü.

 

Lago Bianco en hiver il gèle

 

Aux cols succède le Lago Bianco, autre temps fort du voyage:

l’eau qui provient de la fonte du glacier donne au lac une teinte d’un bleu-vert laiteux particulier. Plus au sud, le paysage aride de haute montagne cède la place aux châtaigneraies et aux palmiers du val Poschiavo, aux allures méditerranéennes.

Enfin, le train franchit la frontière italienne. «Benvenuti a Tirano – stazione terminale.» Tout le monde descend!

 

Train Albula/Bernina

Excursions conseillées :

 

Viaduc: admirez le célèbre viaduc de Landwasser, près de Filisur, avec le «Landwasser-Express».

Marmites glaciaires: profitez pour faire une courte promenade depuis la gare de Cavaglia, sur la ligne de chemin de fer de la Bernina, jusqu’aux marmites glaciaires, pour y contempler cette force de la nature.

Musée: plongez dans l’histoire impressionnante de la ligne de chemin de fer en visitant le musée ferroviaire de l’Albula à Bergün.

Réservations sur: www.whes.ch/fr/shop

TEXTE

Reto Westermann  - Journal Coopération

 

Patrimoine mondial de l’unesco


Le label «Site du Patrimoine mondial» de l’Unesco est attribué exclusivement à des sites culturels et naturels d’une «valeur universelle exceptionnelle».

La Suisse compte une dizaine de sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. Tous figurent parmi les trésors naturels et culturels les plus importants de notre pays – des lieux à visiter et à découvrir impérativement.

 

Histoire


Plusieurs variantes furent examinées pour traverser l’Engadine. Afin de désenclaver les régions du centre du canton des Grisons, c’est le tracé qui relie Thusis à Saint-Moritz en passant par Tiefencastel, Filisur, Bergün et Samedan qui fut choisi pour la ligne de l’Albula. La construction prit six ans, de 1898 à 1904. La ligne fut électrifiée en 1919.

Bien que cette ligne n’ait pas été conçue comme une voie de transit, son trajet a été dessiné pour être aussi efficace que possible. Avec succès puisque, malgré l’augmentation du trafic, les trains suivent aujourd’hui encore en grande partie le tracé d’origine. Les mêmes objectifs d’efficacité et de qualité ont été appliqués pour la deuxième ligne, celle de la Bernina.

Alors que la ligne de l’Albula traverse la montagne, celle de la Bernina, qui conduit de Saint-Moritz à Tirano, épouse les crètes.

 

Bernina Express

 

Sa construction, entièrement financée par des fonds privés, devait coûter le moins cher possible tout en répondant à deux exigences :

attirer les touristes et acheminer le matériel nécessaire aux centrales électriques situées de l’autre côté du col. Ce souci d’économie se reflète dans le tracé, avec ses courbes étroites et des pentes accusant jusqu’à 70‰. Electrifiée dès sa construction, cette ligne de 61 kilomètres compte 52 ponts et viaducs, et 13 tunnels et galeries,elle a été inaugurée en 1910. Le Chemin de fer rhétique l’a reprise en 1944.

Ces deux lignes sont l’expression moderne d’une longue tradition de circulation et d’échanges dans cette partie des Alpes. Les Romains s’emparent de la région en l’an 15 av. J.-C. et influencent durablement les cultures des deux côtés des Alpes. Aujourd’hui encore, on parle le romanche au nord et l’italien au sud. Ces aires culturelles se caractérisent en outre par leurs systèmes économiques, qui dépendent largement des conditions topographiques et climatiques.

Au nord de l’Albula s’est développé un système à trois niveaux :

les villages pour l’hiver, un niveau intermédiaire de bâtiments utilisés au printemps et en automne (les mayens), et les alpages pour l’été.

Plus haut en Engadine, on ne connaît que deux niveaux :

les villages, souvent caractérisés par de magnifiques maisons aux murs épais, et les alpages. En descendant le Val Poschiavo, on passe d’un paysage alpin à des zone d’agriculture et d’élevage puis, à l’approche de l’Italie, ce sont les champs et les vignes qui dominent.

Près de Brusio, on trouve les crotts ou scélés, des constructions rondes faites de pierres superposées qui servaient d’entrepôts pour les aliments et le vin. Le tourisme est une forme d’économie plus récente, dont le chemin de fer a accéléré l’essor.

 

Le saviez-vous?

Le chemin de fer rhétique serpente jusqu’au passage du col de la Bernina sans l’aide d’une crémaillère, parcourant un dénivelé de 70 pour mille entre 429 m et 2253 m d’altitude.

Longue de 62 kilomètres, la ligne de l’Albula a été construite en seulement six ans (1898–1904).

 

http://www.whes.ch/fr/UNESCO-Suisse/?oid=2034&lang=fr

https://www.cooperation.ch/temps-libre/2020/la-traversee-spectaculaire-des-alpes-270834/

 


 


 

 


 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn