La Fête de la musique, édition 2019, a rencontré un beau succès malgré la météo incertaine. Les 529 concerts ont attiré pas moins de 200'000 personnes.

La Fête de la musique a à nouveau résonné avec succès à Genève malgré une météo changeante. "Un public toujours plus nombreux" a assisté pendant trois jours aux 529 concerts et animations, a dit dimanche le Département de la culture et du sport de la Ville de Genève.

Cette 28e édition s'est étalée sur 32 sites, en augmentation par rapport à 2018. La manifestation attire chaque année au moins 200'000 personnes, selon des estimations larges, mais il est impossible de chiffrer précisément l'affluence avec le nombre de concerts.

Valorisation culturelle et citoyenne

Quelque 5000 musiciens et artistes ont à nouveau participé à une fête que la Ville de Genève revendique comme une valorisation culturelle et citoyenne. De nombreux styles musicaux ont alimenté les trois jours avec plusieurs rencontres comme à la cour du Musée d'art et d'histoire (MAH) avec le Cabinet Barrocco-Jazz ou entre l'Ensemble Contrechamps, l'Ensemble Valéik et Farafina.

L'Orchestre des Nations a de son côté alimenté l'offre classique. Le public a pu aussi danser au son de la fanfare O.U.M.P.H. et assister à des animations poétiques. Les ateliers participatifs pour les jeunes et les projets de médiation musicale ont rencontré un grand succès.

Une indication qui ancre la manifestation pour l'ensemble de la population. La prochaine édition aura lieu du 19 au 21 juin 2020.

Forte affluence malgré la pluie

 


Les Fêtes de la musique ont rencontré un vif succès ce week-end en Suisse romande.

Les Fêtes de la musique ont résonné avec succès en Suisse romande malgré une météo changeante. A Genève, «un public toujours plus nombreux» a assisté aux 529 con­certs et animations sur 32 sites (en augmentation par rapport à 2018), selon le Département de la culture et du sport. L’événement attire chaque année au moins 200 000 personnes, mais il est impossible de chiffrer précisément l’affluence vu le nombre de concerts.

Quelques 5000 musiciens et artistes ont participé à cette 28e édition. De nombreux styles musicaux ont alimenté les trois jours avec plusieurs rencontres comme à la cour du Musée d’art et d’histoire (MAH) avec le ­Cabinet Barrocco-Jazz ou entre l’Ensemble Contrechamps, ­l’Ensemble Valéik et Farafina. L’Orchestre des Nations a de son côté contribué à l’offre classique. Le public a pu aussi danser au son de la fanfare O.U.M.P.H. et assister à des animations poétiques. Les ateliers participatifs pour les jeunes et les projets de médiation musicale ont rencontré un grand succès, à l’image d’une manifestation que la Ville de Genève revendique comme une valorisation culturelle et citoyenne. La prochaine édition aura lieu du 19 au 21 juin 2020.

Dans les rues de Lausanne


Dans la capitale vaudoise, les organisateurs saluent «une 25e édition exceptionnelle» où, malgré la pluie, quelques 40 000 personnes ont assisté à plus de 150 concerts répartis sur 57 scènes. La manifestation affiche ainsi une fréquentation constante qui témoigne de son caractère incontournable. Le public s’est réfugié momentanément dans les lieux intérieurs, qui ont affiché complet; tandis que le brass band Transport Lausanne Music, programmé à la Promenade Jean-Jacques Mercier, s’est replié dans l’Eglise Saint-Jacques voisine pendant les averses.

Les douze Street Stages, scènes éphémères ouvertes à toutes et tous, ont intensifié la présence de la musique dans la rue avec la participation de jeunes collectifs electro comme QULT à la Riponne ou SND à Montbenon. Emmenée par l’ensemBle baBel, la grande chenille musicale du projet African Market Place a par ailleurs traversé le centre-ville, de la place de la Riponne à la Salle des Fêtes du Casino de Montbenon. Une cinquantaine de personnes du public se sont aussi jointes au cortège, qui rassemblait 100 musiciens et participants des Maisons de Quartier et des ateliers musicaux de l’EJMA (Ecole de jazz et de musique actuelle) et de l’Ecole de Musique Lausanne.

Une semaine après la grève des femmes, la Fête de la Musique de Lausanne se félicite d’avoir la quasi parité des genres dans sa programmation 2019, composée de 54 % de femmes et de 46 % d’hommes. Les proportions varient toutefois selon les genres musicaux, les femmes étant largement majoritaires dans les chœurs (71 %) et minoritaires dans la catégorie jazz et musiques actuelles (19%). Le comité lausannois a signé hier la charte Keychange Manifesto avec pour objectif l’égalité des genres dans tous les styles musicaux d’ici 2022.

Yverdon et Neuchâtel

La fête fut aussi pluvieuse, «mais oh combien joyeuse», à Yverdon: 8000 personnes ont assisté samedi aux 80 concerts et trois créations au programme. Celles-ci ont tout particulièrement séduit leur public. Huitante écoliers ont applaudi à tout rompre Piano Poubelle de la Cie Jerrycan; une ovation a accueilli Au cœur de nos ressemblances et son chœur de 100 enfants de la Fondation Verdeil et des classes de primaire de la ville; rires en cascades enfin devant L’Odyssée d’Alysse de la Cie Alsand, qui sera reprise début août au festival de la Plage des Six Pompes.

Bilan positif aussi à Neuchâtel, qui célébrait sa 17e Fête de la musique avec plus de cinquante groupes, djs, écoles de musique, chorales, fanfares et orchestres. Si le Big Band de Ton sur Ton a dû déclarer forfait vendredi soir devant l’orage, la météo ensoleillée du samedi a permis à un public très nombreux de fréquenter les neuf scènes de la manifestation où se sont produits la chanteuse neuchâteloise Armelle, le groupe de musique klezmer Yvostellka, ou encore le quartet Timberjack.

https://lecourrier.ch/2

Régions ATS / CO Fête de la musique

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn