Des agents jugent qu'il sera impossible de faire face aux nuisances, sur le site des Eaux-Vives. Des mesures sont pourtant prévues.

 Tandis que les Genevois se ruent avec bonheur sur la plage flambant neuve des Eaux-Vives, ouverte depuis samedi, des policiers s'alarment

Tandis que les Genevois se ruent avec bonheur sur la plage flambant neuve des Eaux-Vives, ouverte depuis samedi, des policiers s'alarment: «Cette offre supplémentaire de détente créera de nouvelles nuisances». Beuveries, fans de grillades faisant fi de l’interdiction de barbecues, musique à fond... Les règles établies seront «inapplicables», d’après certains agents, qui ont souhaité rester anonymes.

Les Anges veillent
Pour limiter les nuisances, les policiers ne sont pas seuls. Ils peuvent compter sur l'aide de quatre "Anges de la plage". Des jeunes se relayent deux par deux, de 11h à 20h. Et ce, tous les jours jusqu'au 6 juillet, puis uniquement les week-ends jusqu'à la fin du mois prochain. Leur tâche: accueillir les Genevois en quête de farniente, mais aussi faire de la prévention. Les Anges sont notamment chargés d'expliquer aux usagers les règles de sécurité et de comportement en vigueur et pourront, le cas échéant, les rappeler poliment aux contrevenants. Mais le pouvoir des Anges s'arrête là. Ils n'ont évidement aucune autorité de police et ne peuvent dresser des amendes.

«Nous comprenons leurs craintes, mais nous n'avons par d'inquiétude particulière sur les nouveaux phénomènes qui pourraient apparaître avec ce nouveau pôle d'attraction», estime de son côté le service de presse de la police cantonale. Cette dernière se dit prête à sévir contre ceux qui braveraient les interdits. Une large prévention a été effectuée bien avant l'ouverture du nouvel écrin de la rive gauche, «les usagers sont donc prévenus, insiste Silvain Guillaume-Gentil, porte-parole des forces de l'ordre. Notre rôle sera de sanctionner les abus éventuels». Les contrevenants s'exposeront à une amende.

 

Des policiers, pas des «garde-bains»

La police cantonale a planifié une «présence régulière» de patrouilles, de jour comme de nuit, et des «actions spécifiques» sur le site, sans donner plus de détails. Trois axes ont été définis: la sécurité et la tranquillité publique, la sécurité routière et la sécurité nautique. «Il va de soi que le dispositif sera adapté en fonction de l'évolution des événements», ajoute Silvain Guillaume-Gentil. Mais il n'y aura pas d'effectifs dévolus spécifiquement à la plage.

De son côté, la Ville précise qu'elle «ne va pas transformer ses agents municipaux en garde-bains». Le nouveau secteur des Eaux-Vives fera l'objet de surveillance, «comme tous les lieux ouverts de la cité et comme toutes les plages du Léman», appuie Cédric Waelti, porte-parole du département de la sécurité. Celui-ci note que l'attention portée au dernier-né des lieux de détente genevois «s'ajoute au travail déjà conséquent des agents dans les parcs municipaux, particulièrement en été». Le communicant précise cependant que «dans un premier temps, notre police patrouillera de manière plus intense sur la plage que dans d'autres endroits de la Ville».

par David Ramseyer -

https://www.20min.ch/

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn