Le syndicat des journalistes s’alarme de la concentration et donc de la centralisation des rédactions.

Impressum accuse le groupe de presse Tamedia d’abuser de sa position dominante sur le marché.

Le syndicat des journalistes a interpellé la Commission fédérale de la concurrence (COMCO). Tamedia conteste.

Impressum s’engage dans une «lutte contre l’uniformisation des journaux de Tamedia», a indiqué vendredi le syndicat. Il s’oppose à la centralisation des rédactions des journaux du groupe de presse zurichois, prévue le 1er janvier, aussi bien en Suisse alémanique qu’en Suisse romande.

Pour le syndicat, cette concentration des rédactions «aurait pour conséquence un appauvrissement de la diversité des informations et des opinions dans une mesure telle qui ne s’est jamais produite jusqu’ici en Suisse». Si le projet de Tamedia se concrétise, les journaux du groupe «seront alimentés dans le futur par une grosse rédaction par région linguistique».

Mesure provisionnelle

Impressum demande donc à la COMCO de «décider dans quelles régions Tamedia dispose d’une position dominante sur le marché». La COMCO doit aussi «examiner si le comportement de Tamedia à des conséquences nuisibles d’ordre économique ou social». Enfin, le syndicat souhaite que la COMCO prenne une mesure provisionnelle pour que Tamedia stoppe unilatéralement les mesures de réorganisation prévues.

Avec cette action, «Impressum abuse de la COMCO pour une campagne», a indiqué à l’ats Christoph Zimmer, porte-parole de Tamedia. La loi sur les cartels ne s’applique pas à une telle réorganisation interne. Le groupe ne dispose pas d’un monopole et n’a pas de position dominante sur le marché.

En août, Tamedia a annoncé que les titres du groupe, à l’exception de 20 Minutes et du Matin, publieront les mêmes contenus dans les rubriques supra-régionales. Il y aura deux rédactions, une en Suisse romande et l’autre en Suisse alémanique. Le groupe disposera aussi de trois centres de compétences à Lausanne, Berne et Zurich. Aucun licenciement n’est prévu.

nxp/ats