La 38ème édition du Festival de Genève

Par Martin Montiel

Ça y est ! Le festival de la Bâtie de Genève, est déjà à nos portes. Un éventail de sons, de couleurs et d’énergie nous attendent. Danse, musique, théâtre, projections audiovisuelles, conférences, ateliers pour adultes et enfants, et les immanquables soirées dansantes, feront la joie de nous tous du 29 août au 13 septembre prochains.

       

Il y a en aura pour tous les goûts. Le lieu central de ce festival genevois est Le Pink Flamingo, baptisé ainsi pour l’occasion, il est situé à la maison communale de Plain Palais. Cependant, et comme d’habitude, les présentations auront lieu un peu partout ; dans divers théâtres et quartiers de Genève, dans ses communes et aussi en France voisine. Une des nouveautés est que le festival se développe dans deux nouvelles villes : Lausanne et Nyon.

Pour sa 38ème édition la crème de la crème des arts scéniques et musicaux, en provenance de la Suisse ou d’ailleurs sont à l’affiche. C’est le cas du cinéaste et metteur en scène zurichois Milo Rau, fondateur de l’Institut International contre les crimes politiques. Il nous présentera « Hate Radio », documentaire qui retrace l’histoire du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994. Pour ce travail, il s’est basé sur la diffusion de la Radio-Télévision Libre des Mille Collines (RTLM), il y a vingt ans, qui en même temps, produisait des émissions musicales et des appels au meurtre de cette population.

La très espagnole « La Ribot », sera aussi de la partie. Artiste établie à Genève, qui a maintes reprises nous a impressionné par la simplicité et la force des messages, nous invite à voir son projet « El triunfo de la libertad » (le triomphe de la liberté. Faisant trio avec Juan Dominguez et Juan Loriente, ils promettent de nous montrer que la voie vers le changement et vers la liberté est tout à fait possible. Ils seront à la Comédie de Genève du 29 août au 01 septembre 2014.

Marcelo Evelin - Mariano Pensotti

Un invité spécial, venu d’outre-mer est le metteur en scène argentin Mariano Pensotti. Lui et sa troupe, perturberons nos sens avec le projet « Cineastas » (cinéastes). Cette pièce, qui se veut pleine de questionnements, nous interroge sur un problème essentiel : est-ce notre vision du monde qui crée la fiction artistique ou c’est la fiction qui détermine notre manière de voir les choses ? Pensotti est considéré actuellement comme l’un des meilleurs artistes latino-américains dans son genre.

Et, si tout d’un coup tout devenait noir ? C’est la question que pose le spectacle de l’artiste brésilien-hollandais Marcelo Evelin. Ancien stagiaire de la compagnie de Pina Bausch, l’artiste nous présente « De repente fica tudo preto de gente » danse tribale et sensuelle qui s’exécute dans le noir total..scotophobes s’abstenir.

Mais, la Bâtie c’est encore de la musique électro-pop, avec le Dj canadien Tiga, War Paint, Slow Dive, Jonathan Toubin, ou du ballet avec Marie-Caroline Hominal…bref, il y a plein d’artistes à découvrir. Nous vous invitions à réserver vos billets à l’avance sur le site officiel du festival sur : http://www.batie.ch/