La Suisse s’est imposée en finale face à l’Allemagne, samedi à Perth, après la victoire lors du double mixte de Belinda Bencic et Roger Federer.

 Roger Federer et Belinda Bencic ont frôlé la perfection lors de la Hopman Cup à Perth (AUS). Ils ont permis à la Suisse d’inscrire pour la troisième fois son nom au palmarès de cette exhibition et se sont, surtout, offert une belle dose de confiance à l’approche de l’Open d’Australie.

Douze matches au total, onze victoires: Federer et Bencic auraient difficilement pu mieux faire. Le Maître de 36 ans surtout, qui quittera la côte ouest australienne invaincu et avec l’assurance d’être au point tant tennistiquement que, et c’est là l’essentiel, physiquement. «Avec le temps, je mise sur la qualité des entraînements, pas la quantité», a-t-il réexpliqué sur le court après son succès autoritaire 6-7 (4/7) 6-0 6-2 sur Zverev. «Aujourd’hui, je m’entraîne à mi-temps et je suis un époux et un père l’autre moitié du temps.»

Mais il est aussi une géniale anomalie à 100 %. Alors que les cadors du Circuit tombent comme des mouches et déclarent tour à tour forfait pour l’Open d’Australie (coup d’envoi le 15 janvier), le Maître est toujours là, aérien, précis, affûté et peut-être même encore meilleur qu’en 2017 (quelles variations d’angles et d’effets au service !).

Bien sûr, Federer avait lui aussi dû renoncer au deuxième semestre 2016 sur blessure, après notamment 65 tournois du Grand Chelem disputés sans interruption entre 2000 et 2016. Mais le corps du Bâlois avait craqué à 35 ans, pour revenir encore plus fort, tandis que les éclopés d’aujourd’hui sont plus jeunes, n’ont de loin pas le même palmarès et ne sont pas assurés de revenir au plus haut niveau.

Revenir plus fort et soulever la Hopman Cup pour la deuxième fois… dix-sept ans après son succès acquis en 2001 au côté de Martin Hingis. «Ca fait bizarre d’être encore ici devant vous dix-sept ans après. J’espère être présent l’année prochaine», a-t-il encore glissé au public. Cet homme est tout simplement hors normes !

Les perspectives de Belinda Bencic sont également encourageantes. Certes la Saint-Galloise a perdu son premier simple de l’exhibition face à une redoutable Angelique Kerber (6-4 6-1). Mais elle a sorti le grand jeu dans le double décisif, en retournant le feu sur deux services du bombardier Zverev, dessinant ainsi la victoire décisive 4-3 (5/3) 4-2.

«C’est un rêve de jouer avec Roger», s’est extasiée une Bencic qui abordera la première levée du Grand Chelem avec quelques certitudes. Remontée à la 74e place mondiale alors qu’elle était au-delà du 300e rang en septembre, la Saint-Galloise débarquera à Melbourne forte de trois tournois remportés consécutivement en décembre et de ce sacre en Hopman Cup. Son bilan actuel: dix-huit victoires sur ses dix-neufs derniers simples disputés…

A Perth, elle est venue à bout de la Japonaise Naomi Osaka (WTA 68), de la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (WTA 15) et de l’Américaine Coco Vandeweghe (WTA 10), avant de tomber, manquant un peu de jus, face à une Kerber 21e mondiale mais, faut-il le rappeler, ancien no 1 mondial. Si elle récupère bien et que le tirage au sort ne lui est pas trop défavorable, Bencic peut frapper fort à Melbourne.

nxp