Vue d’autres continents, la Suisse est souvent symbolisée par les montres et le chocolat. Mais c’est sans compter sa place très importante dans les nouvelles technologies que sont les biotechnologies, les nanotechnologies et les nouvelles technologies médicales (medtech).

La Suisse romande est arrivée à se positionner cette dernière décennie comme un hub incontournable du medtech, des biotechnologies et des nanotechnologies. En effet, on ne compte plus les récompenses internationales que les spin-offs de l’EPFL reçoivent pour les innovations dans ces domaines.

Cela n’est pas dû au hasard, mais en partie à une certaine tradition dont un des indétrônables clichés qui définissent la Suisse : « le pays des montres ». En effet, la micro-technique avec la Suisse romande berceau de la Swatch mais aussi des mouvements pour montres ultra-complexes, a tout naturellement profité d’un avantage concurrentiel en passant à l’échelle inférieure, l’échelle des nanotechnologies.

Ainsi, très récemment, des scientifiques de l’EPFL et de l’UNIGE ont développé une micro-puce à l’échelle nanoscopique qui pourraient multiplier par 10 la vitesse de transmission des données dans le secteur des télécommunications sans fil. Ce qui signifierait une meilleure qualité d’image, de son et de chargement.

160406074510 1 900x600

 A microchip containing graphene protects one THz optical sources.
Credit: Image courtesy of Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne

En outre, l’expansion du MassChallenge (un des meilleurs accélérateurs de start-up au monde) en Helvétie est une aubaine considérable. Le 10 février, la cérémonie du MassChallenge Startup Summit au Campus Biotech (qui accueillait auparavant un des 2 sièges européens de Merck Serono) de Genève, a permis de mettre sur le devant de la scène des start-up suisses à la pointe de l’innovation, dont Femtoprint, qui tenez-vous bien produit des appareils à l’échelle « femto » c’est-à-dire mille fois plus petits que l’échelle « nano ». Cette entreprise du Tessin a gagné le prix CTI Entrepreneur International, un prix prestigieux décerné par la Confédération Helvétique.

Femtoprint fabrique des micro processeurs destinés à soutenir divers secteurs industriels allant des micro-fluides à la micro-mécanique, notamment en rhéologie (étude du sang). Ce qui intéresse grandement les industries de la « healthvalley » entre Genève et Lausanne.

Cette région est appelée ainsi, car elle compte une multitude d’entreprises de biotechnologies et du secteur lié le « medtech ». Ce domaine industriel est symbolisé par Medtronic un des leaders mondiaux du marché, basé à Tolechenaz (Canton de Vaud) qui héberge notamment le siège européen de la firme. Un écosystème de fournisseurs, de clients BtoB et intermédiaires interdépendants entre ces 3 secteurs que sont le medtech, le biotech et le nanotech s’est donc créé entre Genève et Lausanne. Dans ces secteurs pointus, la fiabilité des fournisseurs régionaux de Medtronic garants du swissness (valeur symbolique véhiculée par le Swiss Made) est vitale.

Certaines des entreprises présentes au MassChallenge Startup Summit introduisent des technologies de rupture (par exemple passage de l’imprimante à imprimante 3D). De plus, une bonne partie de ces firmes disposent d’innovations considérables dans les medtech, biotech, ou nanotech : Intento (neuroprothèses), TwentyGreen (biotech), Pristem (imagerie médicale pour pays en développement), ecoRobotics (robots autonomes agricoles), Plair (appareils de détection d’allergènes) ce qui montre la vitalité et la croissance de ces secteurs en Suisse romande.

Pedro Sanchez