Nous vivons dans un monde dans lequel le mot est une arme de guerre et un artefact de destruction massive.

Les bulletins des nouvelles sont pleins de déclarations, comme celles de Bibi Netanyahu contre l’accord avec l’Iran. Des mots dangereux et qui ne reflètent pas toujours la vérité. Des mots qui ont déjà causé des milliers de morts et qui ne veulent rien résoudre.

Paroles des républicains étasuniens   qui seront toujours contre tout ce que Obama peut dire ou faire. Dans une fête de la mauvaise volonté et d’extrémisme politique, très semblable à leurs cousins français, Les Républicains, qui se positionneront toujours contre tout ce que l’adversaire dit et fait, même si ce dernier se trouve dans son propre camp.

Des paroles pleines de haine aveugle de Daech, qui ne se rendent pas compte que le monde ne sera jamais entièrement sunnite et que la population mondiale ne basculera pas à l’unisson pour adorer le calife. Que en dehors de certains fanatiques, perdus, marginaux , fruits d’une société néo-libérale créatrice de monstres, personne les prend au sérieux, au contraire, ils ont seulement réussi à créer horreur et mépris du reste de l’humanité.

Des mots d’intransigeance, des mots de pierre, des mots humiliants de ceux qui considèrent que les règles sont plus importantes que les vies humaines et qui pensent que les engagements sont de pierre.

La Grèce, le berceau de notre civilisation est traitée comme le frère cadet et malade mental qu’il faut avoir sous tutelle et il en sera ainsi de tous ceux qui oseront affronter les tout-puissants principes de l’Union? Mais, de quelle Union s’agit-il ?

La flexibilité, la solidarité, la fraternité, n’existent pas…. Les fondements de l’Europe?

Des paroles !

Plus de mots

Des mots d’économistes, de multinationales, du monde financier qui veulent nous vendre un monde de consommations, de commodités et de prospérités.

Et les Maduros qui parlent avec les esprits, les Bachelets qui n’arrivent pas à passer sous silence les mots du dictateur gravés avec de l’acier dans la Constitution et qui ne permettent pas au pays d’aller de l’avant. Les Dilma Rousseff qui, pendant que plus elles parlent, moins de soutien elles obtient, les Enrique Peña Nieto qui noient les mots dans un océan de sang, où la corruption et  la cocaïne ne semblent avoir aucune limite.

Comme mon ami et collègue Eduardo Camin l’a dit dans son article «Tradition et avenir (*)» : «Les carences ne figurent pas dans l’idéologie, mais plutôt dans leurs exercices».

Et dans cette mer de mots qui apporte seulement douleur et souffrance, nous commençons à entendre des mots dits depuis des siècles et répétés jusqu’à l’épuisement et qui ont fini par trouver un nouvel émetteur. Des paroles sensées, pleines de vérité, œcuméniques, porteuses d’espoir. Cette planète est notre maison, nous devons en prendre soin car la détruire c’est détruire l’humanité. Elle est notre maison où nous devons y trouver la manière de vivre de la meilleure façon possible, avec justice et humanité.

C’est aussi simple que cela. François, n’est pas seulement le Pape des pauvres, ni celui des chrétiens. C’est un homme qui parle à tous les hommes, qu’ils soient musulmans, chrétiens, bouddhistes ou autres …

Ses paroles sont vraies et simples et avec simplicité, elles nous parlent de la fraternité et de la communauté.

En dehors des conflits internes de l’Eglise, de la manipulation humaine de la doctrine, des luttes entre les théologies conservatrices ou progressistes, François a un mot universel.

Bien sûr, il y aura toujours ceux qui vont utiliser des mots pleins de venin et de consternation pour essayer de détruire ce que cet homme dit, mais il ne sera pas facile, parce que ce qu’il dit, tout le monde souhaite l’entendre. Et non seulement il dit mais il joint l’acte à la parole et ainsi, nous avons un nouvel espoir, en dehors de la politique et de la religion ….

Il est tout simplement un homme qui dit la vérité et que l’humanité a l’obligation d’écouter si elle veut laisser un monde moins horrible aux générations futures

François est la parole de l’humanité, la Parole vivante de ceux qui aspirent à la paix.

(*) https://hebdolatino.ch/es/espanol/12-actualidades/locales/2462-la-tradicion-y-el-futuro.html