Le bonheur, pont entre le Nord et le Sud

Le bonheur, pont entre le Nord et le Sud

L’exposition interactive «Global Happiness» de l’ONG Helvetas prend la forme d’un cheminement à travers un jardin, installé sur le pont de la Machine à Genève jusqu’au 17 octobre, puis à Lausanne.

Exposition à Genève

Le temps d’une exposition itinérante en Suisse, l’ONG de coopération Helvetas a décidé de dédier son attention au bonheur en 2021. Avec comme fil rouge, qui relie les besoins des pays du Nord et du Sud et ceux de la planète, la notion «de bonheur durable», forgée par la professeure canadienne en sciences de l’éducation Catherine O’Brien: «Un bonheur durable est un bonheur qui contribue autant au bien-être personnel qu’à un bien-être commun et global et qui ne porte aucun préjudice à d’autres personnes, ni à l’environnement, ni aux générations futures.»

L’exposition interactive «Global Happiness» prend la forme d’un cheminement à travers un jardin, installé sur le pont de la Machine à Genève jusqu’au 17 octobre, puis à Lausanne1. «Des recherches scientifiques ont bien montré qu’on ne peut être pleinement heureux si les autres ne le sont pas, d’où le lien avec la solidarité», explique Marion Petrocchi, chargée de communication à Helvetas. Sur les panneaux de l’expo, plusieurs témoignages montrent aussi à quel point l’engagement auprès d’autres personnes apporte un sentiment de satisfaction profond. D’où l’idée de proposer des pistes pour participer à différents collectifs ou recourir à des services solidaires, comme un traiteur employant des réfugiés.

Les facteurs du bonheur

Mais, loin de se limiter à un plaidoyer pour l’action militante, le dispositif didactique d’Helvetas interroge plusieurs facteurs favorisant le bonheur. Ils sont autant personnels – comme l’optimisme, un travail satisfaisant et la reconnaissance reçue–, sociaux – tels que le sentiment d’appartenir à un cercle familial ou amical –, environnementaux – comme la quiétude – qu’institutionnels – à l’image des libertés politiques. Quatre des six pavillons de l’exposition sont consacrés à ces facteurs, en faisant appel à de nombreux témoignages, venant autant de Suisse, du Mali, du Bouthan – pays qui a créé l’indicateur du Bonheur national brut – que du Guatemala. «Nous souhaitons que le visiteur ressorte avec des idées et des contacts pour développer ces différentes facettes», complète Marion Petrocchi.

Des ONG comme Helvetas contribuent sans nul doute au «bonheur global» grâce à ses actions centrées sur le bien-être des populations dans les pays du Sud, comme l’accès à l’eau ou aux services de santé. «Il s’agit ici de répondre aux besoins fondamentaux, essentiels au bonheur», poursuit la chargée de communication. Mais, une fois que ceux-ci sont satisfaits, rien ne sert d’accumuler les biens, affirme l’ONG, études à l’appui, qui rappelle que la surconsommation dans les pays riches se fait aux dépens de la nature, du climat et souvent sur le dos de populations exploitées. Forger des relations sociales harmonieuses représente une piste plus sûre vers le bonheur, comme l’explique le chercheur colombien Eduardo Wills Herrera, qui montre que les habitants d’Amérique latine se disent plus heureux que les Occidentaux, alors que les conditions matérielles sont plus dures.

Les férus de bonheur pourront prolonger leur expérience sur le site internet d’Helvetas, qui propose des éléments de l’expo en ligne, et en se rendant à différents événements organisés en Suisse romande, dont une conférence le 29 juin à Genève sur le bonheur au Népal2.

Notes

1.A Aquatis du 3 novembre 2021 au 1er mai 2022.
2.Le programme sur www.helvetas.org/fr/suisse/a-propos-de-nous/evenements

Christophe Koessler

https://lecourrier.ch

A propos de l'auteur

Facebook