Le Brésil n’atteindra pas son objectif de réduction de la déforestation

Le Brésil n’atteindra pas son objectif de réduction de la déforestation

Le pays ne va pas atteindre son objectif de réduire de 10% la déforestation en Amazonie sur la période d’août 2020 à juillet 2021, qui sera plutôt autour de 4 à 5%.

Le Brésil ne va pas atteindre son objectif de réduire de 10% la déforestation en Amazonie sur la période de référence août 2020-juillet 2021, a admis lundi le vice-président Hamilton Mourao. «Nous n’allons probablement pas remplir notre objectif de réduction de 10% de la déforestation. Je crois que ce sera plutôt autour de 4 à 5%. C’est une réduction très faible, dérisoire, mais c’est mieux que rien», a déclaré à la presse ce général de la réserve.

Les données officielles de la déforestation sur le cycle allant d’août à juillet, collectées par le système Prodes de l’Institut national de recherches spatiales (INPE), ne seront connues qu’en novembre. D’août 2019 à juillet 2020, 10’851 km2 avaient été déboisés en Amazonie, une augmentation de 7% par rapport au cycle précédent. Malgré le déploiement de l’armée pour tenter de réprimer la déforestation illégale, la situation a continué de se dégrader ces derniers mois. Un autre système de calcul de l’INPE, le Deter, qui publie des données préliminaires en temps réel, montre que la surface déboisée en Amazonie a augmenté de 17% au premier semestre 2021 par rapport à 2020.

Lutter contre les incendies

En juin, la déforestation a battu un quatrième record mensuel consécutif depuis la mise en place du Deter, en 2015, avec pas moins de 1062 km2 déboisés, une donnée inquiétante pour ce mois qui marque le début de la saison sèche. Le vice-président Mourao a souligné en revanche la baisse de 27% du nombre de foyers d’incendies identifiés par l’INPE en juillet par rapport au même mois de l’année dernière. Selon lui, cette réduction est due aux «mesures mises en place» par le gouvernement, c’est pourquoi il préconise «de continuer à déployer l’armée» pour lutter également contre ces incendies.

Mais Cristiane Mazzetti, de l’antenne brésilienne de Greenpeace, craint que le nombre de feux de forêts n’augmente à nouveau sur les prochains mois «quand la végétation des zones déboisées récemment sera plus sèche et susceptible d’être brûlée illégalement». «Le pire est à venir. Non seulement les prochains mois seront très secs en Amazonie, mais les agences de contrôle environnemental du gouvernement ont été affaiblies», notamment par des coupes budgétaires, «et l’une des priorités du Parlement est de voter des lois qui pourraient provoquer encore davantage de destructions de l’environnement», insiste-t-elle.

Le président d’extrême droite Jair Bolsonaro s’est récemment engagé auprès de la communauté internationale à éliminer la déforestation illégale au Brésil d’ici à 2030, sans annoncer de mesures concrètes pour atteindre cet objectif.

AFP

A propos de l'auteur

Facebook