Le rapprochement diplomatique des Etats-Unis avec Cuba, porté par Barack Obama, a créé un énorme espoir chez les Cubains.

Trois ans plus tard, alors que Raúl Castro est sur le point de céder la présidence ce jeudi, la désillusion est forte pour la majorité des Cubains, accentuée par un nouveau durcissement des relations avec Washington

Aux confins de la rue des miracles et du boulevard 10-de-Octubre, un palais espagnol du XIXe siècle, écrasé par le soleil, en est à son dernier souffle. Seules trois colonnes résistent encore.

Pour combien de temps? Diez de Octubre est le quartier de la capitale le plus peuplé, l’un des plus pauvres aussi. Il est le grand oublié des guides touristiques et pas un Yuma (étranger) ne s’y perd.

C’est l’autre Havane, celle des ventres creux. Celle des oubliés des réformes économiques de Raúl Castro et des bénéfices économiques du rapprochement diplomatique entre les Etats-Unis et Cuba entamé en décembre 2014.

«J’ai 68 ans. J’ai été infirmière spécialisée en pédiatrie. Ma retraite est de 300 CUP par mois (pesos cubains équivalent à 12 dollars) et avec cela je ne peux pas manger plus d’une semaine», confie Vilma*, une Havanaise. Dans le quartier, toutes les semaines, des immeubles s’effondrent.

Dans ces barrios de La Havane, la révolution du logement s’est arrêtée aux temps de la colonie espagnole, voire avant 1959. Diez de Octubre est la face cachée de la capitale, populeuse, authentique, bien loin des musées et des restaurants privés (paladares) de La Vieille Havane.

Partout, le credo est le même lorsque le voyageur entreprend une discussion: «Ici, rien ne change et rien n’a changé pour nous avec Obama.»

Les ratés du capitalisme à la cubaine

Le virage capitaliste commencé par Raúl Castro en 2010, qui a contribué à relancer l’économie, mais aussi à l’émergence de libertés peut-être trop dérangeantes pour le pouvoir, comme dans le cas des chauffeurs de taxis privés, qui ont multiplié les grèves l’an dernier, a vécu. Le gouvernement a suspendu l’été dernier l’octroi de licences d’exploitation dans l’essentiel du secteur privé. Les autorités ont peu à peu pris des mesures économiques contre-productives, même si Raúl Castro a dit vouloir lutter contre l’évasion fiscale endémique chez les cuentapropistas (entrepreneurs indépendants). Ces nouveaux capitalistes rouges représentent environ 12% de la population active.

Yanelys, propriétaire d’un restaurant dans le quartier de Vedado, souligne: «J’ai deux commerces, un paladar et un appartement que je loue aux touristes. C’est désormais interdit. Il faut que je choisisse de garder l’un ou l’autre. Même si j’ai beaucoup investi.»

Voilà la douleur du capitalisme à la cubaine. Quelques téméraires osent parfois critiquer. Tel le rappeur Barbaro El Urbano Vargas, dont les jeunes se passent les chansons sous le manteau sur des clés USB. Le reggeaton, nouvelle révolution! Dans sa chanson «Donde Quiera», l’auteur de «Passé sans futur» chante: «Qu’est-ce que Raúl fait donc (bordel) avec l’argent? […] Il y a plus de Cubains dans le monde que dans leur pays […] Comment peuvent-ils dire que tout va bien, alors que tout le monde veut partir? […] C’est donc ça la démocratie dans un pays sans élections.»

Prudence sur la succession

Raúl Modesto Castro Ruz, 87 ans en juin prochain, devrait céder sa place à l’actuel numéro deux du régime, Miguel Diaz-Canel, 57 ans. Nelson, 80 ans, longtemps technicien d’une fabrique de tabac, confie: «J’ai deux candidats en tête. Le premier est Bruno Rodriguez (l’actuel ministre des Affaires étrangères) et le second Miguel Diaz-Canel. Rodriguez est quelqu’un d’intelligent qui maîtrise tous les dossiers, notamment internationaux. Diaz-Canel en maîtrise moins et il manque un peu de profondeur», assure le vieil homme, communiste convaincu.

Miguel

S’il est élu, Diaz-Canel sera le premier président cubain depuis 1959 à ne pas avoir participé à la Révolution. Pur produit du parti, ancien ministre de l’Education supérieure, il reste relativement méconnu des Cubains. Cet ex-premier secrétaire du Parti communiste de la province de Villa Clara, qui a maintenu un profil bas depuis 2013, n’a pas été partie prenante des négociations entre les Etats-Unis et Cuba. Pedro, ancien capitaine de la marine marchand en déduit: «Diaz-Canel ne sera qu’une marionnette. Rien de plus.» A la manière d’Osvaldo Dorticos, président de Cuba jusqu’en 1976 et dont le premier ministre était… un certain Fidel Castro!

Une affaire de famille

Quel que soit le futur président cubain, il devra compter avec les vieux commandants de la Révolution, les Ramiro Valdés et José Machado Ventura qui ont toujours bon pied bon œil. Raul, lui, conservera jusqu’en 2021 son poste de premier secrétaire du Parti communiste, ce qui fait dire aux Cubains que rien ne changera après son départ. Yanelys* est catégorique: «Ici, rien n’est jamais sûr, si ce n’est qu’au fond, rien ne change. Alors je ne parierais pas sur la nomination de Diaz-Canel.»

Les enfants de Raúl Castro, le colonel Alejandro Castro et sa sœur Mariela, devraient tirer les ficelles dans l’ombre. Sans oublier Raulito, le turbulent petit-fils du président, promu chef de la garde présidentielle et Luis Alberto Rodriguez Lopez-Callejas, gendre de Raúl et tout-puissant président de Gaesa, le conglomérat touristique de l’armée. Bref, comme le conclut Yanelys: «Ici, tout est une affaire de famille, et le restera.»

* Prénom d’emprunt.

L’élection a lieu jeudi

La session parlementaire devant déboucher jeudi sur l’élection du successeur du président cubain Raul Castro a été avancée d’une journée et se tiendra finalement sur deux jours, ont annoncé lundi les médias d’Etat.

La journée de mercredi doit être consacrée à la mise en place de la nouvelle Assemblée élue lors des législatives de mars et à l’élection de ses cadres. Jeudi, la session devrait se conclure par l’élection par les députés du Conseil d’Etat et de son président, qui succédera à Raul Castro. Le vote, à bulletin secret, se fera sur proposition de la commission de candidatures de l’Assemblée.

AFP