Les Perséides ou la pluie d’étoiles filantes de l’été ? pic la nuit du 12 au 13 août, Genève n’en fait pas parti !

Les Perséides ou la pluie d’étoiles filantes de l’été ? pic la nuit du 12 au 13 août, Genève n’en fait pas parti !

Lorsque la Terre croise la trajectoire de la comète Swift-Tuttle, comme chaque été, elle passe près de résidus que cette dernière a laissés. Ces résidus sont généralement de petits grains de poussière, qui entrent dans l’atmosphère à une vitesse pouvant dépasser les 200000 km/h et qui brûlent. Ce sont les étoiles filantes. Durant les Perséides, on peut en voir une centaine par heure, avec un pic la nuit du 12 au 13 août. Le terme «Perséides» vient du mot «Persée», c’est-à-dire de la constellation de laquelle semblent provenir les étoiles filantes.

Lancement de la troisième édition

Après une phase test en 2019 qui a permis de convaincre la moitié des communes du Nord-Vaudois d’éteindre leur éclairage public, 116 communes vaudoises nous ont rejoint pour la seconde édition en 2020, malgré la crise sanitaire qui a impacté autant le comité du Projet que les administrations communales.

Dans les deux éditions, peu d’étoiles filantes visibles, faute à un ciel bien couvert, mais cela a permis de voir l’impact de notre éclairage public. Depuis Orbe, berceau du Projet Perséides, l’agglomération lausannoise nous masquait le tiers du ciel.

Cette année (2021), nous avons invités 498 communes à participer au projet, réparties sur quatre cantons : Vaud, Neuchâtel, Fribourg et Valais.

Le site se met progressivement à jour cette semaine.

Redécouvrons la nuit

Chaque année, dans la nuit du 12 au 13 août, la pluie d’étoiles filantes des Perséides atteint son apogée. On parle de 200 étoiles filantes à l’heure. Idéal pour faire des voeux ou simplement s’émerveiller.

Malheureusement, notre éclairage artificiel nous masque ce spectacle. La Voie lactée est à peine visible, la plupart des étoiles invisibles.

Il est temps de redécouvrir le monde nocturne, car la nuit est belle et pleine de couleurs.

Le projet Perséides

Fondé à Orbe (Suisse romande) en 2019, le Projet Perséides est une association à but non lucratif dont le but est d’éteindre, chaque année, dans toute l’Europe, l’éclairage artificiel dans la nuit du 12 au 13 août.

Se réapproprier la nuit, au moins une fois dans l’année est important pour les quatre raisons suivantes :

Scientifique

Le ciel étoilé est le terreau de notre curiosité. L’astronomie a d’ailleurs été une des sciences pionnières des premières civilisations. La nuit n’est pas obscure, elle est magnifique et pleine de couleurs. Un tel projet permet d’observer notre Voie lactée et la pluie d’étoiles filantes dans des conditions optimales qui ont disparu au cours de ces dernières décennies.

Ecologique

Il a été démontré que l’éclairage artificiel cause des dommages importants sur la faune nocturne. Elle est également source de gaspillage énergétique lorsque l’on éclaire des rues la nuit pour… personne, si ce n’est perturber le sommeil des riverains. Notre projet vise à démystifier notre peur de l’obscurité et appelle à réviser notre besoin en luminosité.

Culturelle

Les étoiles, muses de tant d’artistes. Dans les temps anciens, les constellations ont été associées aux dieux et aux héros mythiques. Elles sont le fondement de notre culture et des anciennes religions. Se réapproprier la nuit, c’est ouvrir notre imagination et notre créativité.

Spirituelle

Admirer la Voie lactée, c’est se confronter à l’Univers, retrouver notre humilité face à l’infini. Les atomes qui composent nos corps viennent des étoiles et la pluie des Perséides est là pour nous rappeler nos très lointaines origines et notre lien physique avec l’espace. C’est aussi l’occasion de nous abandonner au silence et à la nuit, méditer, prier et ressentir.

www.projet-perseides.org

Le projet Perséides, fondé à Orbe par le Vaudois Nicolas Genoud,

Eteindre pour mieux voir

Le projet Perséides, fondé à Orbe par le Vaudois Nicolas Genoud, invite pour la troisième année consécutive les communes de Suisse romande à éteindre l’éclairage public la nuit du 12 au 13 août afin d’observer les étoiles filantes. Elles sont déjà plus de 80 cette année à répondre à l’appel de la nuit. Entretien.

Quelle est l’origine du projet?

Les déclencheurs ont été mes deux enfants. Un soir du 12 août, nous nous sommes installés sur le balcon avec du pop-corn pour observer la pluie d’étoiles filantes. Je les avais autorisés à veiller tard exceptionnellement. Mais au final, nous n’avons rien vu. Jusque-là, je n’avais pas vraiment réalisé ce qu’était la pollution lumineuse.

Vous avez tiré la prise?

En 2019, j’ai contacté la commune d’Orbe qui a accepté d’éteindre son éclairage public suivie d’une trentaine de communes. En 2020, un tiers des communes vaudoises ont répondu à l’appel et cette année celles de Neuchâtel, Vaud, Fribourg et Valais jouent le jeu. Yverdon est la plus grande ville à participer au projet.

La nuit fait du bien?

Oui, au-delà de voir des étoiles, la lumière empêche d’avoir un sommeil complet, elle a une influence sur la faune, c’est comme un insecticide. Pour nous, cette date du 12 août est symbolique. Nous aimerions que les gens se réapproprient la nuit.

https://www.cooperation.ch/temps-libre/2021/faites-un-v-u–323780

A propos de l'auteur

Facebook