Les Suisses embrassent le mariage pour tous

Les Suisses embrassent le mariage pour tous

C’est un oui net, le mariage pour tous est accepté par plus de deux tiers des votants et par tous les cantons.

Le mariage pour tous a été accepté à 64,1% ce dimanche en Suisse, selon les résultats définitifs. En Suisse romande, le Valais accepte la proposition par 55,5% des voix, Genève à 65,1%, Vaud à 65% et Fribourg à 62,3%. Le canton de Neuchâtel dit oui à 63,4% et le Jura à 61,1%. Le résultat le plus serré est au Tessin avec 52,9% de oui. La participation au scrutin de ce dimanche se monte à 52%. Les couples du même sexe doivent pouvoir se marier civilement dès le 1er juillet 2022, a annoncé dimanche le Conseil fédéral.

Revivez cette journée de votations minute par minute.

«On est très contents du résultat, c’est à la hauteur de notre campagne», a déclaré Olga Baranova, directrice de la campagne nationale du oui au mariage pour tous au micro de la RTS. Le résultat de cette votation a été salué par les partis ayant soutenu ce changement du Code civil suisse. «Un jour historique pour l’égalité», estime le PS, «Nous sommes aux anges que le mariage soit désormais ouvert à toutes les amoureuses et tous les amoureux», ont déclaré les Verts. «Tous les couples pourront ainsi jouir des mêmes droits, l’État n’ayant pas à intervenir dans notre vie privée et encore moins de manière moralisatrice», estime quant à lui le PLR.

Partisan du non, Benjamin Roduit, conseiller national (Centre/VS), a souligné sur la RTS que pour lui le mariage pour tous entre adultes consentants n’était pas un problème. Il dit craindre, en revanche, les portes qu’ouvre selon lui l’accès au don de sperme pour les couples de lesbiennes. «La réussite de notre campagne aura été peut-être d’avoir thématisé l’enfant dans la PMA (procréation médicalement assistée), (…) je pense qu’on a accompli notre mission», a-t-il déclaré.

Le Conseil fédéral, qui soutenait le changement de loi, salue ces résultats. «C’est un symbole fort et une reconnaissance de la société envers ces couples», a déclaré Karin Keller-Suttter après le scrutin. «C’est un pas important pour tous ceux qui estiment que le mariage est important», estime la ministre de la Justice.

Jusqu’à aujourd’hui, deux personnes du même sexe ne pouvaient pas se marier en Suisse. Ils pouvaient toutefois conclure un partenariat enregistré, qui n’équivaut pas en tout point au mariage. Le Parlement a accepté de changer la loi et adopté le projet en décembre 2020. Un référendum d’un comité interpartis, composé principalement de représentants de l’UDF et de l’UDC, a été lancé contre ce projet.

Les couples de même sexe pourront aussi adopter conjointement un enfant. Les couples de femmes mariées pourront de surcroît recourir au don de sperme dans les conditions prévues par la loi. Le don de sperme anonyme, le don d’ovules et la gestation pour autrui resteront par contre interdits.

Julien Baumann

Mariage pour tous: Les catholiques se sont convertis à l’arc-en-ciel

Les cantons qui avaient refusé le partenariat enregistré en 2005, quasi tous catholiques, ont fortement évolué et basculé dans le camp du «oui».

De l’eau a coulé sous les ponts en seize ans. Par rapport aux résultats de la votation de 2005 sur le partenariat enregistré, certains cantons ont montré des évolutions notables. L’écart de pourcentage de «oui» entre 2005 et 2021 est le plus important chez ceux qui, jadis, avait refusé le partenariat enregistré.

Lucerne dépasse Vaud

Malgré les réticences inchangées de leurs instances religieuses, les réfractaires catholiques d’alors semblent avoir changé d’avis. Même le champion suisse du «non» de l’époque, Appenzell Rhodes-Intérieures, a fini par dire oui ce dimanche à 50,8% (41,6% de oui en 2005, soit +9,2% d’avis favorables).

L’évolution est identique dans les autres cantons catholiques qui avaient naguère refusé des droits aux couples homos. La plus forte progression du «oui» s’est produite dans le canton du Jura. Ils n’étaient que 49,2% à dire «oui» en 2005, ils ont été 61,1% en 2021 (+11,9%). Uri (+10% de oui), Obwald (+8,7%), le Valais (+10,7%), Fribourg (+9,9%) et Lucerne (+8,6%) ont connu des tendances similaires.

L’écart avec les cantons protestants qui, en 2005, avaient eux déjà tous dit oui au partenariat enregistré, s’est donc réduit, même si chez ces derniers, les avis favorables se sont aussi légèrement renforcés. On peut à cet égard noter que le canton de Lucerne (66,1% de oui) a été plus enthousiaste que le canton de Vaud (65%) cette année, alors que les Vaudois avaient été parmi les plus favorables de tout le pays en 2005.

Villes très colorées

Alors que les différences confessionnelles se sont réduites, l’écart entre le vote des villes et celui des campagnes reste fort. Malgré le plébiscite de leurs cantons, de nombreuses petites communes ont majoritairement voté contre le projet de loi. En Suisse romande, la palme revient à Bourg-St-Pierre (VS, 73,4% de non), La Côte-aux-Fées (NE, 72,07% de non) ou encore Rebévelier (BE, 75% de non).

À l’inverse, les villes l’ont massivement accepté. Le cliché des Romands plus progressistes et des Alémaniques plus conservateurs ne se confirme pas sur ce sujet: hormis Lausanne (73%), les autres villes romandes ont été dans la moyenne suisse (Genève 66,4%, Neuchâtel 67,6%, Fribourg 68%). Outre-Sarine, par contre, les scores sont impressionnants. La ville de Berne a voté oui à 83,6% et celle de Zurich à 79,4%. Dans les bureaux électoraux des Kreis 4 et 5 de Zurich, le «oui» a même récolté 90,3% des voix exprimées.

Yannick Weber

https://www.20min.ch/

Retrouvez tous les résultats des votations et élections de ce dimanche 26 septembre

https://www.20min.ch/fr/story/suivez-le-depouillement-des-votations-et-elections-de-ce-26-septembre-582762868236

A propos de l'auteur

Facebook