En 2016Objectifs de développement durable, solutions à la crise migratoire et résolution des conflits, sont à l’agenda de Michael Møller.

Dans sa conférence de presse de fin d’année, Michael Moller, directeur général de l’ONU à Genève, a défini ses trois priorités pour l’année 2016. Explications

1. Les objectifs de développement développement durable.

2. Michaël Moller veut faire de Genève, le centre névralgique de la mise en oeuvre de cette politique internationale, puisque de nombreuses agences des Nations Unies basées à Genève vont jouer un rôle déterminant dans l’aide concrête aux Etats. Pour le directeur général de l’ONU à Genève, une meilleure coordination du travail des agences spécialisées de l’ONU doit faciliter les choses, en partenariat avec le reste de la Genève internationale, les ONG, la société civile, l’université et le monde de l’entreprise. Parmi ces objectifs, qui étaient ceux du millénaire jusqu’en 2015, figurent en premières places, l’élimination de la pauvreté et de la famine dans le monde.

3. Trouver des solutions à la crise migratoire. Le directeur général de l’ONU souligne d’abord que de nombreux rendez-vous essentiels sont d’ores et déjà pris pour 2016 sur cette question. Le premier se déroulera à Londres afin de trouver des financements au problème de l’exode massif des Syriens. Le second aura lieu en mars et concernera la réinstallation de certains réfugiés. Puis se déroulera en mai le Sommet humanitaire mondial à Istanbul, puis une conférence internationale convoquée par Ban ki-moon lors de l’assemblée générale annuelle de l’ONU, afin de repenser cette question sur le long terme. Aujourd’hui, 125 millions de personnes déplacées ont besoin d’une aide humanitaire. L’ONU et ses agences ont lancé un appel de fonds de 20 milliards de dollars afin d’apporter une aide d’urgence à 87 millions de personnes dans 37 pays. Michaël Moller insiste enfin sur la lutte à mener contre les préjugés négatifs circulant sur les demandeurs d’asile, les réfugiés et les migrants, sur la base des faits qui attestent de l’apport économique et social de ces populations pour les économies nationales.

4. La prévention et la résolution des conflits. Sur ce chapitre, lié au précédent, le directeur général de l’ONU indique qu’il est clair pour les Nations Unies, comme pour les leaders du monde, que dans les efforts à faire pour réduire le coût humain et économique des conflits, il faut agir en amont. Pour cela, il faut que la prévention des conflits soit prioritaire dans les agendas de la Genève internationale.

Michael Moller veut donc intensifier le travail de médiation mené à Genève. Les envoyés spéciaux de l’ONU en Libye, en Syrie et au Yémen font un énorme travail pour amener les parties en conflit autour de la table et créer un dialogue durable, qui s’installe souvent à Genève. Il y a ainsi des progrès qui sont enregistrés: des factions libyennes ont signé un accord d’unité nationale ; les discussions sur le Yémen avancent ; celles sur la Syrie reprennent le 25 janvier au Palais des Nations. Les négociations sur le conflit géorgien, enfin, se poursuivent.

http://www.tdg.ch/