Philipp Hildebrand: «Ce nouveau départ va éclipser tout ce que nous connaissions»

Philipp Hildebrand: «Ce nouveau départ va éclipser tout ce que nous connaissions»

L’actuel vice-président de BlackRock et ancien président de la BNS, Philipp Hildebrand, est optimiste quant à la reprise économique.

Selon l’ancien président de la BNS, le boom économique «post-pandémie» sera historique en Suisse. Le pays serait l’un des premiers à voir ses finances revenir au niveau d’avant-crise.

La crise sanitaire due au coronavirus est unique et il en sera de même pour le boom économique qui suivra. L’ancien président de la BNS, Philipp Hildebrand, l’a déclaré cette semaine: «Ce nouveau départ va éclipser tout ce que nous connaissions.» Si l’actuel vice-président de BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs du monde, peut se targuer de connaître son sujet, «Schweiz am Wochenende» explique que cette singularité se manifeste par une série de phénomènes.

PUBLICITÉ

Premièrement, depuis l’annonce de l’existence d’un vaccin efficace contre le SARS-CoV-2 , l’indice du marché suisse (SMI) a atteint 12’000 points, un sommet historique, à l’image des États-Unis et de l’Allemagne.

Des dizaines de milliers d’emplois sauvés

Selon Philipp Hildebrand, le pays serait l’un des premiers à voir son économie revenir au niveau d’avant-crise. Et ce ne serait pas la première fois que la Confédération réalise un tel exploit en si peu de temps: «Après la crise financière de 2008, son économie a été la première à retrouver son ancien produit intérieur brut.»

Comme par le passé, et après seize mois de successions d’ouvertures et de fermetures, la Suisse se remet rapidement de la chute de son économie, si ce n’est encore plus vite que durant la précédente déconvenue financière.

En outre, de nombreux experts mettent l’accent sur la mise en place rapide du chômage partiel, qui aurait permis de sauver des dizaines de milliers d’emplois.

Loisirs et vacances en ligne de mire

Une partie du miracle économique découle aussi du changement soudain de consommation, dont la population a dû faire face du jour au lendemain.

La limitation, voire l’interdiction d’achats a eu une conséquence directe sur les consommateurs frustrés et forcés de faire des économies. Aujourd’hui, la possibilité de s’adonner à des loisirs et de réserver des vacances contribue au boom dans le secteur. Ainsi, en 2021, on dépensera 3 % de plus qu’en 2020.

Bonne perspectives en Europe

Aussi, la crise est perçue comme un nouveau départ pour ceux qui ont été contraints de quitter leur précédent emploi. Les statistiques montrent déjà que 2021 sera une année record pour les start-up et les nouvelles entreprises.

Selon les estimations, l’Europe ne devrait pas être en reste, puisqu’elle devrait connaître une croissance de 5 % en 2021, par rapport à l’année précédente.

szu

A propos de l'auteur

Facebook