Le ministre de l’Intérieur et de Police, M. José Ramón Faduk, a réitéré que le Plan National de Régularisation des Etrangers a commencé aujourd’hui dans 12 gouvernements du pays et que le reste iront s’ajouter jusqu’à couvrir tout le territoire national.
Il a expliqué qu’à partir d’aujourd’hui, ceux qui sont intéressées à régulariser leur statut d’immigration, pourront se rendre dans les bureaux du Plan, habilités dans les gouvernorats, où ils devront fournir les informations et documents nécessaires à ces fins.
Il a précisé que pour régulariser leurs statuts d’immigration, les intéressés devront avoir une identification de leur pays ‘igine, mais s’ils ne l’ont pas, ils pourront initialiser le processus et ils auront 12 mois pour l’obtenir et compléter ainsi leur dossier.
«Je tiens à préciser que les personnes qui vont faire la demande de régularisation, ne leur donnera pas forcément un statut. Ceux qui réuniront les conditions requises pour les différentes catégories et sous-catégories migratoires qui existent, seront traités dans un délai de 45 jours». Il a aussi indiqué que ces personnes recevront un certificat attestant qu’ils sont dans le processus de régularisation. Fadul a souligné que, pour les intéressés, cette démarche est gratuite et personnelle.
«En cela, nous avons voulu que les églises, la société civile et toutes les organisations nous soutiennent et qu’elles comprennent qu’elles peuvent participer et ayant l’assurance que, quand elles se déplacent aux différents endroits, ce n’est pas pour les rapatrier et comme l’a déclaré le Président de la République, mais ils seront traités avec toute dignité, comme doit être traité tout citoyens, et nous comprenons cela, ils auront toute les garanties que offre notre Etat de Droit ».

Il a reconnu que l’implémentation de ce plan pose un grand défi à la République dominicaine car il s’agit d’un problème historique auquel le président M. Danilo Medina a définitivement décidé d’y faire face obtenant, à travers un consensus nécessaire, une loi avec un grand sens humain.
Il a annoncé qu’il avait demandé la participation de tous les secteurs de la vie nationale et, par la même occasion, il a remercié le soutien et l’intégration qu’il avait reçu de la part des nombreuses institutions et organisations de la société civile pour la réussite de ce plan.
A cet égard, il a également apprécié le soutien technique et logistique obtenus de la part de la Commission électorale centrale.14143701690 4505870bd1
S’exprimant lors d’une conférence de presse pour les journalistes qui couvrent la Palais national, le ministre de l’intérieur et de police a rappelé que pendant 12 mois il n’y aura pas de rapatriements d’étrangers sauf, dans les cas habituels et que le gouvernement a, ‘es et déjà, pris les mesures nécessaires pour le contrôle des frontières y compris celle de la rotation du personnel militaire qui aura lieu tous les 15 jours.
«Nous sommes prêts à faire ce travail». Le gouvernement est engagé, le président Medina fait un suivi de ce projet, de manière directe et concrète comme le préconisait le slogan de la campagne du président : «Ce qui n’a jamais été fait, c’est de régulariser le pays et de le rendre plus transparent en établissant un véritable système d’immigration, fondé sur des contrôles réels» a déclaré le ministre de l’Intérieur et de Police.

Des organismes appuient ce processus

M. Antonio Pol Emil du Réseau Rencontre Domenico-Haïtien ainsi que M. Jacques Viau et le Bureau National des Migrations ont manifesté leur soutien et leurs désirs de succès dans le processus qu’il a décrit comme une grande étape historique et un grand défi.
14330319945 fd68de17c6M. Pol Emil a déclaré : «Le processus a bien commencé et notre plus grand souhait est qu’il se termine bien aussi».
En tant que représentant de ‘ganisation internationale pour les migrations (OIM), M. Cy Winter a félicité le ministère de l’Intérieur et de Police ainsi que la Direction générale de l’Immigration pour l’accord qui a été signé il y a deux mois et selon lequel cette organisation est en train de donner un soutien formel au processus. M. Cy Winter leur a dit : «Je vous complimente pour ce bon début».

Où a-t-il commencé ?

Le Plan national de Régularisation a débuté aujourd’hui dans le district national, au siège du Ministère de l’Intérieur et de Police qui est situé dans le bâtiment des bureaux gouvernementaux, connu sous le nom de «El Huacal» et dans les heures qui vont suivre, les bureaux dans le Gran Santo Domingo, seront activés. Ils le seront aussi dans les gouvernorats de Azua, Peravia, Barahona, San Cristóbal, San Juan, San Pedro de Macorís, La romana, Hato Mayor, La Altagracia, Monte Plata, Santiago y San Francisco de Macorís.
Ce plan permettra aux étrangers, résidant dans le pays, d’obtenir une situation d’immigration régulière. Ils pourront ainsi se 14143674279 c2c5c47396prévaloir du droit d’établissement tout comme ceux qui sont restés de manière illégale en dépassant le temps qui leur était accordé à rester dans le pays ou pour avoir forcé les conditions afin de permettre leur admission.
Les principales bases qui sont prises en compte pour s’intégrer au Plan sont : la date du dépôt de la demande faite par la personne étrangère dans le pays, ses liens avec la société dominicaine, les conditions socio-économiques de travail et la régularisation des personnes faite de manière individuelle ou familiale.
Lors de la conférence de presse qui a été donnée ce matin, le Directeur général de l’Immigration, M. José Ricardo Taveras était présent. Il a demandé aux habitants de se joindre au plan de développement afin de pouvoir déterminer combien et où se trouvaient les étrangers en situation irrégulière.
En outre, les sous-ministres de l’Intérieur et de Police, M. Washington Gonzalez et M. Samir Santos, le directeur adjoint de l’Immigration M. Luis Fernandez tout comme des représentants de plusieurs organisations de la société civile étaient aussi présent.

Source : solidariedadlatina