Faciliter la vie des habitants et habitantes des villes, c’est ce que proposent les smart cities, ou villes intelligentes. En se fondant sur les avancées technologiques telles que le Big Data, l’internet des objets ou encore la communication mobile, des initiatives émergent pour développer des applications et services dans les domaines du trafic, de l’énergie, de la lutte contre la criminalité ou encore de la santé publique. Les possibilités sont infinies.

A Las Vegas, par exemple, des dalles cinétiques produisent de l’énergie pour alimenter des réverbères. A Melbourne, les poubelles publiques sont équipées de capteurs et envoient un message aux nettoyeurs lorsqu’elles sont pleines. A Dubaï, des robots-policiers dotés de reconnaissance faciale patrouillent dans la rue. Plus près de chez nous, à Genève, des capteurs fixés sur la chaussée permettent aux automobilistes de localiser les places disponibles et de payer en ligne leur stationnement.

Gadgets ou réels outils pour rendre la ville plus efficace et plus respectueuses de l’environnement ? C’est en tous les cas un énorme marché, qui pourrait peser environ 1,4 milliard de dollars d’ici 2020. Une mode qui pourrait dès lors bien devenir rentable et inévitable.

Avec la participation de :

Giovanna di Marzo Serungendo, Université de Genève, Centre universitaire d’informatique

Didier Faure, Innobridge

Christopher Larraz, Genève Lab

René Longet, Expert en durabilité

Animation :

Danielle Bütschi

lundi 28 janvier 2019
Musée d’histoire des sciences
Rue de Lausanne 128 1202 Genève

18:30 – 20:00
entrée libre

https://ladecadanse.darksite.ch