Voyage jusqu’au bout de l’Areuse, Neuchàtel

Voyage jusqu’au bout de l’Areuse, Neuchàtel

Chaque saison donne aux gorges de l’Areuse de nouvelles teintes et un charme unique. Ce grand classique en matière de randonnée, qui attire tous les ans des milliers de touristes, n’a pas encore dévoilé tous ses secrets.

Saviez-vous qu’avant la fin de XIXe siècle, précisément jusqu’à 1886, les gorges de l’Areuse (NE) étaient encore inaccessibles? On doit la construction de sentiers bucoliques épousant la roche, d’escaliers et de nombreux ponts et passerelles, à la Société des Sentiers des Gorges de l’Areuse (SSGA). De nos jours encore, c’est elle qui s’occupe de l’entretien: un mandat représentant deux journées de travail hebdomadaires. Ainsi, les dégâts causés par des chutes de pierres, des glissements de terrain ou par l’usure, sont aussitôt réparés dans ces gorges accessibles toute l’année!

14 ponts et passerelles

La randonnée «classique» (environ 3 h), qui débute à Noiraigue et se termine à Boudry, suit le cours de l’Areuse, passant par une quinzaine de ponts et passerelles. On en compte 14, dont la passerelle du Saut de Brot (photo ci-contre). Construite en pierre, elle a remplacé ses ancêtres en bois, trop souvent emportés par les eaux tumultueuses de la rivière.

A la fin de l’hiver, lors de la fonte des neiges, l’Areuse connaît un débit important. Cette année, en février, il a atteint les 85 m3/seconde. Même si aujourd’hui le débit reste bien inférieur à celui enregistré jusqu’aux années 1990 (record du 14 février 1990: 173 m3/seconde), en raison du réchauffement climatique, il reste toujours impressionnant.

La dernière passerelle construite sur la rivière a vu le jour lors de l’Expo 02. Impossible de la manquer avec ses lamelles en bois, sa structure organique, ondulante, qui épouse le paysage. Elle représente une énième halte photogénique dans cette randonnée digne des contes de fées.

Royaume des chauves-souris

L’Areuse prend sa source vers Saint- Sulpice (NE) et se jette dans le lac de Neuchâtel. Durant son voyage elle ne cesse de changer de rythme, de caractère et de couleur. Tantôt calme et taciturne, tantôt sauvage et bruyante, tantôt vert émeraude ou turquoise, elle reste la vedette de cette marche. Les rochers alentour, couverts de végétation, créent par endroits des passages extrêmement étroits. Mais la rivière parvient toujours à trouver une issue.

Les gorges de l’Areuse cachent aussi une faune invisible. Dans cette pierre omniprésente, des chauves-souris ont élu domicile. La région en dénombre près de 28 espèces! «On vient de recenser en Suisse 99 espèces de mammifères. Et les chauves-souris représentent un tiers d’entre elles», souligne avec enthousiasme Frédéric Cuche, biologiste retraité, président de l’Association de la Maison de la nature neuchâteloise à Champ-du-Moulin. Cette dernière, qui fête cette année son 40e anniversaire, organise des sorties nocturnes en extérieur pour observer les chauves-souris. Mieux vaut ne pas craindre ces mammifères car ils volent à toute vitesse en frôlant l’Areuse, passant sous les pieds des visiteurs qui les observent d’un pont.

Des expositions didactiques sont aussi proposées dans les bâtisses de la Maison de la nature. La première consacrée aux chauves-souris est payante, ouverte uniquement aux groupes et sur réservation. La deuxième, située dans le bâtiment nommé «La Morille» (photo ci-contre), est gratuite et peut être visitée sans réservation les week-ends dès début mai. On y découvre un crustacé d’1/3 de mm, la gelyella, vivant exclusivement dans les eaux souterraines des gorges de l’Areuse depuis 20 millions d’années.

Grotte de Cotencher

Parmi les activités à combiner avec une randonnée dans les gorges, citons encore la visite de la grotte de Cotencher, où ont été découvertes des pierres taillées par des Néandertaliens, il y a plus de 70000 ans, ainsi que des ossements d’ours et de lions des cavernes. A savoir: la grotte peut se visiter en groupe, sur réservation, mais seulement à partir de juin, car elle est en ce moment occupée par les chauves-souris! 

Plus d’informations sur le site: www.maisonnaturene.ch | www.j3l.ch

Infos pratiques

11 km de nature extraordinaire!

Comment y aller En train jusqu’à Noiraigue. En voiture: parquer à la gare de Boudry, puis prendre le train jusqu’à Noiraigue. Durée de la marche: env. 3h. Distance env. 11 km. L’accès: toute l’année, gratuit. Prudence, le sol peut être glissant!

Journal Coopération Avril 2021

https://www.cooperation.ch/rubriques/evasion/2021/voyage-jusqu-au-bout-de-l-areuse-312192/

A propos de l'auteur

Facebook